Au mois de mars, à peine le confinement imposé en Suisse, nous tentions de tirer quelques enseignements sur nos modes de vie et nous interrogions sur l’évolution des tendances économiques. Aujourd’hui, nous nous prêtons au même exercice pour les marchés financiers. A l’évidence, les crises façonnent à leur manière les actions des gouvernements, des banques centrales, des régulateurs ou encore des entreprises.

Comme évoqué ad nauseam, cette crise est sans précédent par son étendue planétaire, sa nature difficile à maîtriser et son impact économique. Les réponses apportées ont été sans précédent également, tant dans leur ampleur que leurs caractéristiques. Mais quand la thérapie est trop musclée, le danger est que le remède tue le patient.