Plus de 100 millions de dollars: c'est ce que Marc Rich aurait donné à des institutions charitables et culturelles, principalement en Israël et en Suisse, depuis le début de son exil zougois en 1983. Comme d'habitude avec Marc Rich, ce chiffre est impossible à confirmer, mais les faits sont là: sa politique de sponsoring bien ciblée a permis à l'impitoyable trader de se construire une image de philanthrope qui n'est pas étrangère à la récente décision de Bill Clinton de le gracier.

Ainsi en Israël, Marc Rich a donné plusieurs millions aux musées de Jérusalem et de Tel-Aviv, ce qui explique que Shimon Peres et Ehud Barak aient intercédé en sa faveur auprès du président américain. Le centre des activités philanthropiques de Marc Rich de par le monde est la Fondation Doron, dont la cérémonie annuelle de remise des prix est devenue un must de la bonne société zougoise. En quinze ans d'activité, elle a su récompenser pour leur engagement social des personnalités clés comme l'ancien chef des forces aériennes Kurt Bolliger, qui a aussi écrit à Bill Clinton en faveur de Marc Rich. En 1992, elle remettait un prix à l'ambassadeur d'Israël, Raphaël Gvir. Marc Rich a obtenu le passeport israélien en 1994. Son président est l'ancien conseiller national radical et directeur zougois des finances, Georg Stucky, qui fut un infatigable défenseur de Marc Rich.

Mécénat

Ce dernier a aussi su soutenir les institutions musicales les plus respectées de sa région, comme l'Opéra de Zurich ou le festival international de Lucerne, ce qui lui permet de disposer d'un accès permanent aux élites intellectuelles et économiques de sa région. Au niveau local, il n'est guère d'institutions zougoises qui n'aient reçu quelque argent de lui, que ce soit la salle de concert locale, le théâtre, le musée des beaux-arts et surtout le club de hockey sur glace. «Les montants ne sont pas si importants, explique Josef Lang, un politicien de gauche qui est le principal critique de Marc Rich à Zoug. Ils se comptent en centaines de milliers de francs. Mais ils sont remarquablement ciblés. Rich est un lobbyiste hors pair.»