Une guerre des identifiants numériques sécurisés se prépare en Suisse. Vendredi, les CFF et La Poste ont annoncé leur intention de proposer un service de login unique, avec mot de passe, pour effectuer l’ensemble de ses transactions via Internet de façon sécurisée. De leur côté, Swisscom, UBS et Credit Suisse développent un système concurrent. Un choc entre les deux services est ainsi programmé. Et vu l’indifférence suscitée par le service SuisseID actuel, le succès n’est pas garanti.

Dans le détail, les CFF et La Poste veulent permettre, via un seul identifiant et mot de passe, d’accéder à une palette de services: e-banking, cyberadministration, achat de billets de transport, achat de produits… L’idée est de remplacer tous les logins que l’on utilise par un identifiant unique. Celui-ci sera d’abord utilisable auprès des CFF et de La Poste, avant de l’étendre à toutes les entreprises et administrations intéressées. C’est une coentreprise entre ces deux sociétés qui gérera ce projet. Les clients de La Poste en profiteront courant 2017 (aucune date précise n’est communiquée), ceux de SwissPass (abonnement de transport) dès 2018. Le futur service, qui n’a pas encore de nom, sera gratuit pour les consommateurs.

Défiance des internautes

Séduisante en théorie, l’initiative va se heurter à deux écueils. Le premier, c’est la défiance des internautes envers ces projets. Il existe déjà un identifiant unique, baptisé SuisseID, soutenu par la Confédération et… La Poste. Or vendredi, le Secrétariat d’Etat à l’économie publiait un rapport sévère à son sujet. Il note que «SuisseID n’a pas réussi à s’imposer à ce jour. D’une part, le nombre d’utilisateurs n’est pas à la hauteur des attentes et, d’autre part, le nombre d’applications est insuffisant». Il n’existe pas de chiffre actuel sur le nombre d’utilisateurs, mais il semble restreint.

Or le projet des CFF et de La Poste veut se greffer sur SuisseID. N’est-ce pas risqué? «Au contraire, notre projet prévoit une approche différente et veut permettre aux utilisateurs […] un login convivial et simple. Ce sont donc plus de quatre millions de clients qui pourront en profiter dans les deux à trois prochaines années», affirme une porte-parole de La Poste.

Guerre fratricide

Deuxième écueil pour ce projet: la concurrence avec un autre service développé conjointement par Swisscom, UBS et Credit Suisse. Ces trois acteurs, qui n’ont pas encore communiqué officiellement sur leur projet, travaillent avec une société lettone, Notakey. Une guerre avec le projet des CFF et de la Poste n’est-elle pas risquée? «Nous saluons le fait que d’autres entreprises s’intéressent également au développement d’une identité numérique et aient une approche similaire à la nôtre. Cela contribuera à la notoriété et à l’acceptation de l’identité numérique», répond Credit Suisse. La Poste fournit une réponse similaire.

Cet affrontement fait penser au choc entre les deux solutions suisses de paiement via smartphone, Twint et Paymit. Après des mois de concurrence, les deux solutions ont décidé de fusionner. Le nouveau service doit être lancé en avril 2017.


Lire aussi: Face à Apple Pay, Twint ne sera pas lancé avant avril 2017