Dardagny, dans le canton de Genève. Le vignoble s’étale presque à perte de vue. Au bout d’une rangée de vignes, une caméra attire l’œil. Le raisin ici est très sucré, le dessèchement de la rafle (la tige qui soutient les grappes) qui flétrit les baies de nombreux cépages semble moins important. «La vigne est plus vigoureuse ici», estime aussi Stéphane Gros, un viticulteur de la commune.

La caméra doit montrer l’évolution de ces vignes soumises à une expérience inédite depuis trois ans. Un test mené avec une start-up genevoise, Exlterra, qui vise à stimuler la production de raisins, sans engrais ni pesticides. Une solution qui doit permettre aux racines d’accéder aux oligoéléments dont elles ont besoin. Elle aurait donné des résultats formidables sur des arbres, selon Exlterra qui espère bousculer le monde agricole si les essais sont transformés. Mais ces tests ne reposent sur aucune étude, ce qui suscite de grosses réserves dans la communauté scientifique.