Reconnaissez que la date est symbolique. Nouvel An, le vaccin, l’espoir. Entreprendre juste là, démarrer à cet instant, est magnifique. Le 1er janvier, la Fondation Aventinus est devenue propriétaire du Temps, après l’avoir acheté au groupe de presse Ringier Axel Springer Suisse. Les attentes, les vôtres, chères lectrices et chers lecteurs, les nôtres, sont immenses. L'objectif n'est pas seulement d'atteindre la pérennité financière du titre, mais de le développer. Quelle folie, quelle ambition!

Alors, rêvons un instant. Visualisons un média fort, solidement ancré dans son pays d’origine, devenu incontournable dans l’espace francophone. Grâce à la qualité et la pertinence de ses contenus, son regard suisse porté sur le monde, sa capacité à faire résonner d’autres points de vue et ses abonnés l’utilisant avec bonheur.

Lire aussi l'article lié:  Les nouvelles ambitions du «Temps»

Quel changement?

Quel sera le changement pour vous? Plus d’actualité sur les canaux numériques, plus de sujets romands et politiques, plus de journalisme sur le terrain, des rubriques inédites le week-end, des enquêtes, davantage de place au débat d’idées et à l’humour. Sans rien lâcher ailleurs: international, économie, culture, sciences, santé, sport, société… Quelle audace!

Lire également:  François Longchamp: «Nous donnons une mission civique au «Temps»

Il paraît qu’il faut promettre peu et réaliser beaucoup. La promesse est donc d’exercer ce métier avec exigence et détermination. Elle consiste à dialoguer avec vous. L’engagement est aussi de créer les conditions pour que les journalistes et tous les autres professionnels de l’entreprise vous apportent le meilleur. Les talents sont là, ils sont nombreux, passionnés, et se mettent au service de votre communauté. J’ai le grand honneur et la responsabilité d’être la nouvelle rédactrice en chef.

Lire encore: Un nouveau chapitre s’ouvre pour «Le Temps»

Une expérience romande

Le Temps est un média de référence, le seul quotidien suisse francophone à vocation nationale et internationale. Cette position, prise il y a vingt-deux ans, sera réaffirmée avec force. C’est à cela que sert la PME qui vient de naître. Il faudra faire évoluer le modèle économique, être agiles, vous démontrer que vous avez raison d’être fidèles et poursuivre la conquête. Débuter l’année avec un programme pareil est probablement unique en Europe. C’est pourtant bien ici, en Suisse romande, que cela se passe. Parce qu’un groupe de personnes est convaincu que cette région mérite une presse indépendante et de qualité. De quoi être fiers, heureux, et résolument optimistes.