A la mi-mars, le 12ème congrès national du peuple chinois s’est réuni dans la capitale. L’organe supérieur du pays a élu Xi Jinping président de la République de Chine. La surprise n’était pas au rendez-vous puisque Xi Jinpimg avait été élu l’automne dernier secrétaire général du parti communiste. La direction du parti a présenté ses objectifs et intentions pour les cinq années suivantes. Les thèmes économiques se sont révélés absolument centraux, ce qui peut s’expliquer en partie par le fait que Xi Jinping est lui-même économiste de formation. Il a par exemple confirmé l’objectif de croissance de 7,5% pour l’année en cours. La santé a été désigné comme une branche de croissance de l’économie chinoise. Le potentiel est considérable. Depuis 1995, les dépenses de santé augmentent chaque année de 12 à 18% et sont donc deux fois supérieures à la moyenne.

Le plan de réforme de 2009 est le moteur de l’expansion. Son but est d’assurer la couverture des soins à l’ensemble de la population. Le douzième plan quinquennal, qui porte sur la période de 2011 à 2015, a confirmé ce choix. Le potentiel est évident dans un contexte de vieillissement de la population, d’augmentation des revenus et d’urbanisation accélérée. Le certificat tracker JFKDM offre aux investisseurs la possibilité de participer à ce développement. Le panier de titres a été réalisé par Julius Baer et se compose de huit grandes sociétés chinoises de la pharma et des techniques médicales. Les actions sont cotées soit à Hong Kong (7 actions) soit aux Etats-Unis (1). Le choix a privilégié la solidité du bilan, selon les indications de Willi F.X. Bucher, responsable des ventes et de la structuration des produits auprès de l’émetteur.

Depuis son émission, le produit JFKDM s’est très bien comporté. La hausse s’est même accélérée récemment. Son rendement est nettement supérieur à celui de l’indice MSCI World Healthcare.Willi Bucher l’explique en partie par le plan quiquennal et en partie par le moment de l’émission, car les titres choisis venaient de subir une forte correction. Les experts de Julius Baer restent confiants pour l’avenir du secteur. Le produit plaît aussi par l’absence de commission de gestion.. L’investisseur renonce toutefois à d’éventuels dividendes (estimés en l’occurrence à 0,7%). Il permet par contre de participer à l’expansion du marché chinois de la santé. La durée du produit aurait toutefois peut-être pu être plus longue.

*Coopération payoff et Le Temps