En Suisse, le secteur des ménages privés représente 30% de la consommation d'énergie globale. Ce qui équivaut, pour un parc de 1,5 million de bâtiments, aux secteurs de l'industrie et de l'agriculture réunis. «Quand on sait que 55% de ce parc mérite une rénovation, et que chaque rénovation permet jusqu'à 70% d'économie d'énergie, on se rend compte combien il est important d'encourager l'assainissement de ces bâtiments, souligne Sahar Pasche, consultante et administratrice de Ecost Energy Consulting, à Epalinges. Pourtant, seuls 0,6% des propriétaires entreprenaient de tels travaux. Nous avons cherché à comprendre la raison de ce manque d'intérêt. En fait, les gens manquaient de soutien et de conseils concernant la marche à suivre.»

Forte de ce constat, l'experte a contribué au lancement d'Ecobuilding, une association sans but lucratif avec pour objectif d'aider les propriétaires immobiliers privés à rénover leurs immeubles ou leur villa sur le plan énergétique. Comment ça marche? L'intéressé commence par procéder à une estimation du potentiel d'économie énergétique de son bien par le biais d'une plateforme Internet (http://www.ecobuilding.ch).

Check-up d'expert

Dans un second temps, il peut faire appel à un expert qui va effectuer un check-up de son bâtiment et lui donner les lignes directrices des opérations à entreprendre. Ensuite, dans le cadre d'ateliers organisés par Ecobuilding, le propriétaire préparera son dossier de rénovation, et sera à même de déterminer son cahier des charges auprès des entrepreneurs», explique Sahar Pasche.

Une fois ce dossier préparé, Ecobuilding le valide. «Cette validation n'est pas obligatoire, mais elle est utile pour obtenir des crédits auprès des banques qui l'apprécient», souligne l'experte. Le bureau de conseil fournit également aux propriétaires intéressés une liste d'architectes, d'ingénieurs et d'entrepreneurs. Après la réalisation des travaux, il est possible d'obtenir un suivi de la consommation d'énergie du bâtiment. Et après trois ans, le propriétaire peut obtenir un label. «Ce certificat énergétique représente une plus-value en cas de location ou de revente du bien», observe Sahar Pasche. Côté coût, la démarche revient à environ 2500 francs.

Cette initiative rencontre un écho très favorable auprès des milieux concernés. La Chambre genevoise immobilière vient d'annoncer qu'elle s'associait à Ecobuilding pour offrir 200 diagnostics énergétiques à ses membres. Quant à la Chambre vaudoise immobilière, elle paie une partie des prestations pour encourager les propriétaires intéressés. Et ses conférences font régulièrement le plein. Preuve qu'elle correspond à un réel besoin.