Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
En Suisse, 90000 PME font face à une pénurie aiguë de main d'oeuvre qualifiée.
© PABLO GIANINAZZI/Keystone

Emploi

Une PME suisse sur deux peine à recruter

La numérisation de l’économie et le vieillissement démographique de la prochaine décennie vont changer le visage de la main-d’œuvre qualifiée, selon une étude de Credit Suisse

Credit Suisse a dévoilé les résultats de son étude annuelle menée auprès de 1900 petites et moyennes entreprises (PME) helvétiques. Si les PME sont globalement satisfaites du dynamisme de la place économique suisse, près d’un quart d’entre elles éprouvent d’importantes difficultés à recruter.

En Suisse, environ 90 000 petites et moyennes entreprises font face à une pénurie aiguë de personnel qualifié. Les secteurs de l’industrie traditionnelle et de la construction, qui emploient majoritairement des ingénieurs et des techniciens, sont particulièrement touchés. A l’inverse, et contrairement à une idée répandue, le recrutement des employés des métiers de la santé ou de l’enseignement est moins difficile.

Difficulté à trouver le candidat idéal

Sans pour autant faire face à une carence de postes, une PME sur deux peine aujourd’hui à embaucher le candidat idéal. Les compétences techniques spécialisées, notamment en management ou en gestion de projet, sont les aptitudes les plus difficiles à trouver sur le marché du travail, selon le rapport.

Près de 80% des PME suisses interrogées soutiennent la formation continue de leurs employés, pour couvrir leurs besoins en main-d’œuvre qualifiée. La formation professionnelle duale est particulièrement mise en valeur par les entreprises de moins de 250 salariés.

Lors de la prochaine décennie, «la numérisation et le vieillissement démographique auront un impact significatif sur le marché du travail», précise Oliver Adler, économiste en chef de Credit Suisse. Les PME, qui emploient plus des deux tiers de la population active, devront anticiper leur besoin en personnel spécialisé.

La multiplication des départs à la retraite – 500 000 personnes atteindront l’âge légal de la retraite ces cinq prochaines années – et l’automatisation progressive de certaines branches de métiers devraient avoir un impact considérable sur le secteur de la santé, l’industrie de pointe et les technologies de l’information et de la communication, mettent en garde les auteurs du rapport de Credit Suisse.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)