Des résultats record. Le processus de restructuration débuté en 2003 par Jelmoli, suite à l'entrée dans le capital de Georg von Opel (54,6% de participation), a continué à porter ses fruits l'an dernier.

Le bénéfice opérationnel a progressé de 246,8% à 180 millions de francs en 2006, contre 51,9 millions un an plus tôt.

«Ce résultat reflète en partie une réévaluation de notre portefeuille immobilier», tempère Gustav Stenbolt, président du comité exécutif de Jelmoli Holding, lors de la présentation des résultats annuels mardi à Zurich. Cette réévaluation atteint 105,5 millions, soit une hausse de 73,2 millions par rapport à l'exercice précédent. Le marché en a tenu compte dans une certaine mesure: après un rally (voir graphique), le titre perd 1,6% à 4110 francs.

Retard pris en Russie

Au-delà des facteurs immobiliers extraordinaires, Jelmoli rencontre certains problèmes dans sa croissance en Russie, via les hypermarchés Mosmart. «Les autorisations ont été plus difficiles à obtenir que prévu. Nous sommes en retard de 12 mois et devrons effectuer des investissements supplémentaires, ajoutés aux 105 millions prévus initialement», prévient Gustav Stenbolt, sans chiffrer le surcoût des opérations. Néanmoins, selon Jelmoli, ces coûts supplémentaires seront compensés par des prix de location plus élevés.

Stratégie annoncée en juin

Dans le commerce de détail, les activités de Jelmoli progressent. Les ventes sont en hausse de 4,1% à 1,08 milliard. Parallèlement, le résultat opérationnel de la division atteint 114,6 millions, soit une hausse de 8,8%.

Concernant la stratégie future de Jelmoli, Gustav Stenbolt a laissé toutes les options ouvertes. Entre la séparation des activités de commerce de détail et de l'immobilier, avec à la clé une possible mise en Bourse du segment abandonné, aucune information concrète n'a filtré.

«Nous donnerons davantage de précisions en juin. Avant cela, nous présenterons les différentes options au conseil d'administration de Jelmoli et celui-ci se prononcera», souligne le président du comité exécutif.

De son côté, Walter Fust, président du conseil d'administration, a été plus disert. «Il y a un vif intérêt pour les magasins Fust», souligne le fondateur éponyme de la chaîne .