Les banquiers d’UBS s’appelleront bientôt tous Alexa. Il suffira de prononcer ce prénom pour lancer le service d’information robotisé que la grande banque mettra prochainement en test. Utilisant un haut-parleur connecté et un assistant vocal développés par Amazon, le service devrait être capable de répondre à n’importe quelle question sur la finance ou l’économie. Avec intelligence (artificielle).

«Comment évolue l’action Apple?» ou «Qu’est-ce que l’assouplissement quantitatif?». C’est le genre de questions auxquelles répondra le futur service «Ask UBS» («Demandez à UBS») que la grande banque a mis au point sur la base du haut-parleur Echo d’Amazon. Cette enceinte cylindrique haute de 24 centimètres, connectée à internet et alliée à l’assistant vocal Alexa, pouvait déjà fournir quantité d’informations diverses, sur la météo ou les nouvelles. UBS la transforme en conseiller bancaire.

Vers les assistants virtuels

La banque cherche ainsi à apporter son expertise financière à ses clients de manière innovante et sans jargon, explique Dirk Klee, directeur opérationnel de la division gestion de fortune, dans un communiqué diffusé jeudi. Ask UBS est selon lui un premier pas vers des assistants virtuels.

Car le service ne se limite pas à aller chercher des réponses préformatées dans une base de données. Elaboré dans l’UBS Wealth Innovation Lab de Zurich, le mécanisme vise un dialogue personnalisé grâce au recours à l’intelligence artificielle et au machine learning. Avec un conseil disponible n’importe où et n’importe quand.


Devancer les désirs des clients

A plus long terme, UBS a apparemment la vision d’assistants virtuels qui pourraient devancer les pensées et les attentes de leurs interlocuteurs. C’est l’un des autres projets sur lequel travaille le laboratoire zurichois spécialisé dans les nouvelles technologies, en collaboration avec la start-up lausannoise nViso. Objectif: repérer les souhaits des clients en analysant leurs expressions faciales, relève le site spécialisé Finews.

Pas encore disponible en Suisse, l’enceinte Echo d’Amazon s’est déjà écoulée à plus de trois millions d’exemplaires aux Etats-Unis, où elle est en vente depuis fin 2014. L’appareil est également distribué en Grande-Bretagne depuis peu et le sera en Allemagne à partir de mercredi prochain.

Connectée à plus de 3000 applications

La force d’Echo repose sur sa capacité à se connecter à d’autres applications – plus de 3000 selon le décompte d’Amazon. Sur simple commande vocale, le haut-parleur peut ainsi piloter une maison connectée, lancer de la musique depuis un service spécialisé ou prévenir lorsqu’un rendez-vous approche. Sa panoplie, qui comprend aussi la possibilité de recommander un restaurant ou d’indiquer lorsqu’un magasin est sur le point de fermer, vient de s’enrichir avec les conseils économico-financiers d’UBS.