Economie 

Une semaine dans la Silicon Valley: des aveux d'Apple au départ d'Eric Schmidt

Chaque vendredi, «Le Temps» fait le point sur l'actualité de la semaine écoulée dans la Silicon Valley. Au sommaire de cette édition: Apple qui reconnaît brider les anciens iPhone, Eric Schmidt qui va quitter Google et la paix entre YouTube et l'industrie du disque 

■ Apple admet ralentir les anciens iPhone

La théorie est populaire chez les possesseurs d'iPhone: à chaque fois qu'un nouveau modèle est lancé, les anciennes versions se mettent subitement à moins bien fonctionner. Mercredi, Apple l'a en partie confirmé. Pour la première fois, le groupe à la pomme a admis qu’il avait volontairement bridé la performances de certains iPhone lors des dernières mises à jour son système iOS. Objectif: “empêcher le smartphone de s’éteindre inopinément” en raison d’une batterie vieillissante, explique la société. Cet aveu tardif alimente la théorie de l’obsolescence programmée. qui chercherait à pousser les consommateurs à acheter un nouvel appareil.

■ Eric Schmidt va quitter Google

Un page va se tourner chez Alphabet. Jeudi, la maison mère de Google a annoncé qu’Eric Schmidt allait quitter son poste de président du Conseil d’administration en janvier. Le responsable avait été nommé directeur général de la société en 2001 afin d’encadrer ses deux fondateurs, Larry Page et Sergey Brin. C’est lui qui a mené l’introduction en Bourse et qui a transformé Google en géant publicitaire. En 2011, Eric Schmidt avait passé le témoin de directeur général à Larry Page. Proche du parti démocrate, il était jusqu’à l’an passé très impliqué dans les relations avec l’administration Obama.

■ YouTube et l’industrie du disque font la paix

YouTube se réconcilie avec l'industrie du disque. Mardi, la filiale de Google a officialisé un accord avec Universal, prévoyant notamment d’accroître les commissions reversées aux artistes et aux auteurs. Selon la presse américaine, un contrat semblable a été signé avec Sony. En mai, YouTube s’était déjà entendu avec Warner. En mettant fin à ce conflit qui s’éternisait depuis des mois, YouTube se rapproche du lancement d’une nouvelle offre musicale payante, combinant streaming et vidéo. Attendue en mars, elle doit lui permettre de rattraper son retard sur Spotify et Apple Music.

Lire aussi: Facebook conclut un partenariat avec Universal pour étoffer son offre musicale

■ Microsoft modifie ses contrats de travail

Face aux multiples révélations sur le harcèlement sexuel, Microsoft va supprimer une clause qui empêche ses employés de porter de telles affaires devant les tribunaux, au profit d’un arbitrage privé et confidentiel. Cette pratique est très répandue aux Etats-Unis, notamment dans la Silicon Valley. “Le silence a aidé à perpétuer le harcèlement sexuel”, justifie Brad Smith, le responsable des questions juridiques de l’éditeur de Windows. Microsoft a apporté son soutien à un projet de loi proposant d’interdire le recours forcé à l’arbitrage dans ce cas de figure. Les autres géants américains du secteur, comme Apple, Google, Facebook, Amazon, ne se sont pas encore exprimés.

■ Magic Leap présente ses lunettes

Enfin! Après des années de teasing, Magic Leap a levé le voile mercredi sur ses lunettes de réalité augmentée. La start-up n’a cependant pas fourni de nombreux détails. Elle n’a pas communiqué d’indication sur la date de sortie, ni sur le prix. Ses lunettes adoptent un design futuriste mais elles doivent être reliées par un câble à un boitier informatique, accroché à la ceinture. Elles permettent d’afficher des hologrammes dans le monde réel. Magic Leap promet une expérience révolutionnaire. Une promesse qui lui a permis de lever près de deux milliards de dollars, notamment auprès de Google et d’Alibaba.

Publicité