en résumé

Une semaine dans la Silicon Valley: de la bataille Instagram-Snapchat à l'espionnage selon Uber

Chaque vendredi, Le Temps fait le point sur l'actualité de la semaine écoulée dans la Silicon Valley. Au sommaire: le logiciel espion d’Uber, la concurrence entre Instagram et Snapchat, la vente de RetailMeNot et les ambitions de Luminar

Instagram menace Snapchat

Avec 200 millions d’utilisateurs par jour, la fonctionnalité “Stories” d’Instagram confirme son succès. Lancée l’été dernier, elle permet d’échanger des photos et des vidéos qui disparaissent au bout de 24 heures et sur lesquelles il est possible de dessiner ou d’ajouter des emojis. Elle s’inspire grandement de l’une des options les plus populaires de Snapchat. De nombreux analystes s’inquiètent de cette nouvelle concurrence, qui menace la croissance de l’application de Venice Beach. Celle-ci ne comptait d’ailleurs fin 2016 que 158 millions d’utilisateurs. Et elle peine à attirer de nouveaux adeptes.

RetailMeNot racheté

Nouvelle vente dans le secteur des sites de bonnes affaires en ligne. Lundi, RetailMeNot a officialisé son acquisition par Harland Clarke, un spécialiste américain du marketing. Le montant de l’opération s’élève à 630 millions de dollars. Cela représente une prime de 50% par rapport à la capitalisation boursière de la société de coupons de réduction sur Internet. Mais cela reste loin des sommets touchés en 2014. Depuis, le secteur connaît des difficultés. Fin 2016, Groupon avait ainsi racheté son rival historique LivingSocial à prix cassé.

Du retard pour la montre de Fitbit

Les difficultés s’accumulent pour Fitbit. En raison de problèmes dans le développement, sa première montre connectée ne devrait pas être commercialisée avant cet automne. Et elle ne sera pas équipée, dans un premier temps, d’une boutique d’applications. Fin 2016, le fabricant de bracelets connectés avait pourtant racheté le spécialiste Pebble afin d’accélérer ses projets. En lançant une montre, il espère relancer la croissance de ses ventes, après une année 2016 décevante puis un plan social début 2017.

Uber a espionné Lyft

Pour contrer le développement de Lyft, son principal rival aux Etats-Unis, Uber aurait eu recours à un logiciel espion entre 2014 et 2016, selon le site The Information. Celui-ci permettait de collecter des données sur les chauffeurs et les prix de Lyft. Et aussi d’identifier les personnes travaillant pour les deux plates-formes à la fois. Uber leur offrait alors des bonus ciblés pour les inciter à ne plus utiliser Lyft. Cette pratique pourrait être considérée comme de la concurrence déloyale. La société californienne n’a pas souhaité commenter ces révélations, qui s’ajoutent à une longue liste de polémiques.

A ce propos: Uber est frappé par un nouveau scandale d'espionnage

La start-up Luminar dévoile un lidar

Un acteur de plus sur le marché de la voiture sans chauffeur. Mercredi, la start-up Luminar est sortie de l’ombre, cinq ans sa création. Elle ambitionne de concevoir un nouveau concept de Lidar, le système de laser utilisé pour cartographier l’environnement autour d’un véhicule autonome. Selon ses responsables, celui-ci offrirait une résolution et une portée bien supérieures aux modèles actuellement en vente. Surfant sur l’engouement des investisseurs, la jeune entreprise a levé 34 millions de dollars. Elle compte environ 150 employés.

Publicité