Innovation

Une semaine dans la Silicon Valley: de la défaite d’Uber en Chine aux avions d’Amazon

Chaque vendredi, Le Temps fait le point sur l'actualité de la semaine écoulée dans la Silicon Valley. Au sommaire de cette édition: les mésaventures chinoises d’Uber, le nouveau laboratoire de Facebook, le premier avion d’Amazon, la polémique autour d’Hampton Creek et la levée de fonds de Brave.

Uber va quitter la Chine

Uber reconnaît sa défaite en Chine. Lundi, le service de voitures avec chauffeur a officialisé son départ du pays. Il va transférer ses activités à Didi Chuxing, leader incontestable du marché. En échange, Uber recevra 17,7% du capital de son ancien rival chinois. Cette décision constitue un échec pour Travis Kalanick, son patron, qui avait placé la Chine au centre de sa stratégie d’expansion internationale. Mais Uber n’a jamais pu surmonter la concurrence de Didi, malgré deux milliards de dollars d’investissements en deux ans. L’entreprise va pouvoir concentrer ses efforts dans d’autres pays, notamment en Asie. Et aussi financer ses projets à long terme, comme les voitures sans conducteur.

Lire aussi: Uber renonce à conquérir la Chine


Facebook inaugure son nouveau laboratoire

Area 404, c’est le nom du nouveau laboratoire lancé par Facebook. D’une superficie de 2000 mètres carrés, il sera consacré au développement des projets «hardware» du réseau social, dont le nombre a fortement augmenté ces derniers mois. Exemples: les serveurs pour data centers, la caméra permettant de filmer à 360 degrés, les drones fournissant une connexion à Internet ou encore les casques de réalité virtuelle. Ce nouvel espace sera aussi mis à disposition de l’équipe d’ingénieurs du Building 8, dont la mission edt de créer de nouveaux outils de connectivité.


Premier vol pour les avions Amazon

Vendredi, le premier avion aux couleurs d’Amazon, un Boeing 767 baptisé Amazon One, a effectué son premier vol public, au cours d’un salon aéronautique à Seattle. En tout, le géant du commerce en ligne prévoit de louer 40 appareils aux Etats-Unis. Ils transporteront les marchandises entre ses entrepôts, au lieu d’utiliser les transporteurs habituels FedEx ou UPS. L’objectif est de gagner du temps alors que la chaîne logistique avait été mise à mal pendant les fêtes. Amazon multiplie donc les initiatives dans le domaine: flotte de camions, ouverture de nombreux entrepôts, licence de fret maritime…

Lire aussi: Comment Amazon veut étendre son emprise mondiale


Hampton Creek dans la tourmente

Selon Bloomberg, la start-up Hampton Creek a acheté ses propres produits pour tromper les investisseurs. Fondée en 2012, la société s’est fait connaître avec sa mayonnaise sans œuf (elle est fabriquée à partir du substitut végétal à base de pois et de sorgho). Au cours des mois précédant une levée de fonds de 90 millions de dollars, Hampton Creek aurait gonflé artificiellement ses ventes. Une accusation rejetée par ses dirigeants. La start-up, soutenue financièrement par Bill Gates, prévoit de lancer plus de 500 produits différents.

Le navigateur Brave prépare son lancement

En levant 4,5 millions de dollars auprès d’investisseurs, Brave franchit une nouvelle étape avant son lancement officiel. Ce nouveau navigateur Web promet de rémunérer les internautes. Pour cela, Brave va remplacer les publicités affichées sur le Web par ses propres bannières, qui seraient plus légères et moins intrusives. 15% des recettes seront reversées aux utilisateurs, en monnaie virtuelle Bitcoin. Les sites ne percevront que 55%. L’association des journaux américains menace déjà la société de représailles judiciaires.

Lire aussi: Brave, le navigateur qui veut nettoyer le Net

Publicité