Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La batterie d’un Iphone.
© EDUARDO MUNOZ/REUTERS

Technologie

Une semaine dans la Silicon Valley: des excuses d’Apple à l’entrée de Softbank dans le capital d’Uber

Chaque vendredi, «Le Temps» fait le point sur l’actualité de la semaine écoulée dans la Silicon Valley. Au sommaire de cette édition: les excuses d’Apple, les ventes décevantes de l’iPhone X, l’entrée de Softbank dans le capital d’Uber et la nouvelle fonctionnalité de Snapchat

Apple présente ses excuses pour avoir ralenti les anciens iPhone

Face à la polémique, Apple a présenté ses excuses. Jeudi, le groupe à la pomme a reconnu des erreurs de communication, alors qu’une étude avait révélé mi-décembre qu’il bridait volontairement les performances des anciens iPhone. Pour autant, la société ne va pas changer ses pratiques. Elle assure que cela permet d’éviter que des appareils équipés de batteries anciennes ne s’éteignent inopinément. Accusé de mettre en place une stratégie d’obsolescence programmée, Apple va baisser le prix du remplacement de la batterie et promet également d’être plus transparent avec ses utilisateurs. Le groupe est ciblé par une dizaine de plaintes collectives aux Etats-Unis.

A ce sujet: Apple reconnaît dégrader les performances de certains iPhone

Les ventes de l’iPhone X inquiètent les marchés

L’iPhone X n’aurait pas été aussi populaire que prévu pendant les Fêtes. Selon le quotidien taïwanais Economic Daily, Apple aurait ainsi nettement réduit ses objectifs de production pour le premier trimestre 2018, ramenés de 50 à 30 millions d’exemplaires. Deux facteurs sont avancés par les analystes: le prix très élevé de l’appareil et l’absence d’innovations importantes au-delà d’un design différent par rapport aux modèles précédents (écran sans bordures, disparition du traditionnel bouton «Home» et du lecteur d’empreintes digitales). Selon le cabinet Flurry, l’appareil n’aurait représenté que 15% des ventes d’iPhone à Noël, devancé notamment par l’iPhone 6, sorti en 2014.

Feu vert à l’entrée de Softbank dans le capital d’Uber

Softbank touche à son but. L’offre du groupe japonais pour racheter une partie du capital d’Uber a séduit suffisamment d’actionnaires. Selon la presse américaine, Softbank va détenir une participation de 15% dans la plateforme américaine de voitures avec chauffeur. Cette opération ouvre la voie à une série de changements dans la gouvernance de la société, qui doivent notamment réduire l’influence de Travis Kalanick, son fondateur poussé vers la sortie cet été après de multiples scandales. Softbank a obtenu un rabais de 30% par rapport à la dernière valorisation d’Uber. Mais de nombreux investisseurs de la société ont souhaité engranger leurs plus-values dès aujourd’hui, au lieu d’attendre une introduction en bourse en 2019.

Lire aussi: La défaite d’Uber en Europe laissera des traces

Snapchat veut exporter ses «stories»

Toujours en quête d’un modèle économique viable, Snapchat pourrait ouvrir sa plateforme. Selon la chaîne financière Cheddar, l’application développe une nouvelle fonctionnalité permettant à ses partenaires de publier leurs stories sur d’autres supports. Elle suivrait ainsi l’exemple de Twitter et de Facebook, qui proposent une telle option. L’objectif serait de toucher un public plus large, susceptible de devenir à son tour utilisateur de Snapchat. La société peine en effet à attirer de nouveaux adeptes. En outre, cette ouverture pourrait offrir de nouvelles opportunités de monétisation publicitaire. Et convaincre ses partenaires de poursuivre leurs efforts. Mardi, CNN a par exemple mis un terme à l’émission quotidienne qu’elle diffusait sur Snapchat.


Episodes précédents:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

Pourquoi les smartwatches finissent-elles dans les tiroirs des tables de nuit?

Les smartwatches sont à la mode. De nombreuses marques horlogères lancent leur modèle (Apple, TAG Heuer, Samsung, etc.). Mais ces montres connectées ne semblent pas techniquement abouties. Nos explications

Pourquoi les smartwatches finissent-elles dans les tiroirs des tables de nuit?

n/a