Technologie

Une semaine dans la Silicon Valley: des excuses de Facebook au premier accident mortel pour un Uber sans conducteur

Chaque vendredi, Le Temps fait le point sur l'actualité de la semaine écoulée dans la Silicon Valley. Au sommaire de cette édition: les excuses de Mark Zuckerberg, le premier accident mortel pour une voiture sans conducteur et l’entrée en Bourse de Dropbox 

■ Mark Zuckerberg sort du silence

Après plusieurs jours de polémiques, Mark Zuckerberg s’est enfin exprimé. Mercredi, le fondateur et patron de Facebook a présenté ses excuses pour la gestion de l’affaire Cambridge Analytica. Cette entreprise britannique avait détourné les données personnelles de 50 millions d’utilisateurs du réseau social, ce qui lui avait permis de concevoir un programme lui permettant d’influencer le vote des électeurs. Programme qu’elle a ensuite utilisé au profit de Donald Trump lors de la dernière campagne présidentielle. Mark Zuckerberg promet un audit et des changements. Il se dit prêt à être entendu devant le Congrès américain, comme le réclament des parlementaires.

A ce sujet: Acculé, le patron de Facebook sort de son mutisme

■ Uber suspend ses essais de voitures sans chauffeur

C'est le premier accident mortel depuis le début des essais de voitures sans conducteur aux États-Unis. Dimanche dernier, à Tempe, dans la banlieue de Phoenix, une femme, qui traversait la route en dehors d'un passage piéton a été renversée par un véhicule d'Uber placé en mode autonome. Elle est décédée sur le chemin de l'hôpital. Dès le lendemain, la société a suspendu l’ensemble de ses essais. Cet accident pourrait être un tournant pour les voitures autonomes, alors que les constructeurs se disent prêts à passer à l'étape suivante: l'absence d'opérateur pour reprendre le contrôle si nécessaire.

Lire aussi:  Accident du véhicule sans chauffeur: Uber «n'est pas en tort» selon la police américaine

■ Dropbox entre en Bourse

L’attente a pris fin pour Dropbox. Vendredi, le spécialiste du stockage en ligne est entré en Bourse. Son prix d’introduction a été fixé à 21 dollars. C’est davantage que sa première fourchette, ce qui témoigne d’un intérêt important de la part des investisseurs de Wall Street. Après avoir misé sur le grand public, Dropbox a changé de stratégie, se concentrant davantage sur les entreprises. La société revendique un milliard de dollars de chiffre d'affaires. Et assure être rentable sur une base ajustée. Mais la concurrence est féroce sur ce marché, notamment face à Microsoft, Google et Box.

■ Salesforce rachète Mulesoft

Salesforce reprend ses achats. Mardi, le spécialiste des logiciels de relation client a officialisé le rachat de l’éditeur américain Mulesoft pour 6,5 milliards de dollars, dette incluse. Il s’agit de la plus importante acquisition de son histoire. Après avoir été très actif en 2016 - tentant par ailleurs de mettre la main sur LinkedIn puis étudiant le dossier Twitter -, Salesforce n’avait pas procédé à une opération d’importance l’an passé. Ce retour aux affaires pourrait relancer la course à l’armement et la consolidation sur ce secteur en forte croissance.

■ Face aux critiques, Instagram modifie son algorithme

Instagram fait en partie marche arrière. Jeudi, la plate-forme de partage de photos et de vidéos, détenue par Facebook, a annoncé qu’elle allait modifier l’algorithme qui définit les contenus qui s’affichent. Face aux critiques d’une partie de ses membres, Instagram va donner une priorité plus importante aux photos et vidéos les plus récentes. Le réseau social ne revient cependant pas à un affichage par ordre chronologique inversé, comme cela était le cas à ses débuts. En février, plusieurs influenceurs avaient invité leurs abonnés à délaisser Instagram et à les rejoindre sur Vero, un petit réseau social concurrent.

A ce sujet, lire aussi: #Joinmeonvero, le mouvement qui incite à quitter Instagram

Publicité