■ Amende record contre Google

Après plusieurs années d’enquête et de procédure, la Commission européenne a infligé mardi une amende de 2,42 milliards d’euros à Google – un montant record. Bruxelles reproche au moteur de recherche d’avoir abusé de sa position dominante dans la recherche en ligne, dans le but de favoriser son comparateur de prix Google Shopping. La société américaine a annoncé qu’elle allait étudier l’éventualité de faire appel. Deux autres enquêtes visant Google sont en cours au sein de la Commission. La plus importante porte sur Android, son système d’exploitation qui équipe environ 80% des smartphones vendus dans le monde.

Lire aussi: L’amende européenne record contre Google est aussi une affaire entre Américains

Nouvelles alliances dans la voiture autonome

Waymo poursuit sa politique de partenariat. Lundi, la filiale de Google a officialisé un accord avec le loueur Avis. Celui-ci porte sur la maintenance de sa flotte de voitures sans chauffeur dans l’Arizona, où Waymo a lancé au printemps une première expérimentation de taxis robots. L’entreprise porte sa flotte à plus de 600 véhicules autonomes. Par ailleurs, l’agence Bloomberg indique qu’Apple a noué une alliance avec Hertz. Le groupe à la pomme, qui a récemment confirmé ses ambitions dans l’automobile, loue plusieurs véhicules, préférant cette option à un partenariat avec un constructeur.

■ Pearl Automative ferme ses portes

Si le secteur de l’automobile est en pleine effervescence dans la Silicon Valley, les échecs demeurent. Cette semaine, la start-up Pearl Automative a cessé son activité. Cette société, fondée par des anciens d’Apple, avait lancé son premier produit il y a un moins d’un an. Il s’agissait d’une caméra sans fil placée autour de la plaque d’immatriculation à l’arrière. Vendue à 500 dollars, elle n’a jamais trouvé son public. La société ambitionnait par la suite de se lancer sur le segment des véhicules autonomes. Elle avait même levé 50 millions de dollars auprès d’investisseurs et embauché plus de 70 personnes.

■ IPO décevante pour Blue Apron

Jeudi, l’introduction en bourse de Blue Apron s’est soldée par un cinglant échec. Introduite à 10 dollars, son action a terminé la séance à… 10 dollars. Initialement, la société souhaitait vendre ses titres entre 15 et 17 dollars, mais elle avait dû revoir ses ambitions à la baisse devant le faible intérêt de Wall Street. Blue Apron livre à domicile des ingrédients permettant de cuisiner des recettes pour deux personnes ou pour une famille. L’an passé, la société a réalisé un chiffre d’affaires de 795 millions de dollars. Mais elle a aussi accusé une perte de 55 millions de dollars.

■ Pandora change encore de patron

A peine d’un plus d’un an après son retour à la tête de Pandora, Tim Westergren va quitter son poste de directeur général. Ce départ concrétise un changement de stratégie: le service de streaming musical a choisi de mettre en pause son développement à l’international, pour se focaliser exclusivement sur le marché américain. Il a par ailleurs revendu sa plateforme de ventes de billets Ticketfly pour 200 millions de dollars, contre un prix d’achat de 450 millions. La société, toujours déficitaire, a trop longtemps misé sur les radios personnalisées, au lieu d’une offre d’écoute à la demande, similaire à Spotify ou Apple Music.