Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Snapchat essaie de se relancer.
© DADO RUVIC/REUTERS

Technologie

Une semaine dans la Silicon Valley: de l’espionnage industriel chez Uber à la refonte de Snapchat

Chaque vendredi, «Le Temps» fait le point sur l’actualité de la semaine écoulée dans la Silicon Valley. Au sommaire de cette édition: les accusations d’espionnage industriel chez Uber, le départ du fondateur de Tumblr, la nouvelle version de Snapchat, le rachat de MeetUp et le lancement de Jellies

■ Uber accusé d’espionnage industriel

Au cours du procès opposant Uber à Waymo, la filiale de voitures autonomes de Google, un ancien employé a expliqué que la plateforme de VTC avait mis en place une cellule dédiée à l’espionnage industriel, chargée de récolter des informations sur ses concurrents. Cet ancien d’Uber a également décrit les méthodes employées pour ne laisser aucune trace. Après ces révélations, le juge en charge du dossier a décidé de repousser le procès. Waymo accuse Uber de lui avoir volé des secrets industriels grâce au rachat de Otto, une start-up fondée par un ancien de Google, et réclame près de deux milliards de dollars.

Lire aussi: Les données volées chez Uber, un piratage en réalité si banal

■ David Karp quitte Tumblr

Onze ans après avoir fondé Tumblr, David Karp va bientôt abandonner les rênes de la plateforme de blogging. Cette annonce, surprise, intervient moins de six mois après l’acquisition des activités internet de Yahoo! par Verizon. Si le responsable ne mentionne pas le premier opérateur mobile américain, le timing ne semble pas anodin. Lancé en 2006, Tumblr avait été racheté sept ans plus tard par Yahoo! pour 1,1 milliard de dollars. Un échec: le site a tardé à prendre le virage du mobile et a peu innové face à l’arrivée de nouveaux services, comme Instagram et Snapchat. Et la monétisation espérée ne s’est pas matérialisée.

Lire également: AOL + Yahoo! = Oath

■ Snapchat lance une nouvelle version

Comme promis, Snapchat fait peau neuve. L’application de messagerie éphémère a présenté mercredi sa refonte. Principal changement: la séparation entre les contenus partagés par les amis et ceux postés par la communauté et les médias partenaires. L’application reposera désormais sur un algorithme pour déterminer l’ordre d’affichage. Avec cette nouvelle interface, Snapchat espère attirer de nouveaux adeptes. La société ne parvient en effet pas à élargir son audience. En conséquence, ses derniers résultats financiers continuent d’inquiéter les investisseurs de Wall Street.

Lire: Pourquoi Snapchat dégringole en bourse

■ WeWork rachète MeetUp

WeWork poursuit ses emplettes. Mardi, le spécialiste de la location de bureaux a annoncé le rachat de MeetUp, une plateforme qui permet d’organiser des événements. Selon la presse américaine, le montant de l’opération s’élève à 200 millions de dollars. Fondé en 2012, MeetUp revendique 35 millions de membres et 500 000 événements par mois. Avec cette acquisition, WeWork, qui prévoit de conserver la marque, pourra proposer aux organisateurs ses 170 espaces de coworking, répartis dans près de 20 pays. Et ainsi dégager des recettes supplémentaires.

■ Jellies tente de rivaliser avec YouTube

Malgré plusieurs échecs, une nouvelle start-up tente de s’attaquer à l’hégémonie de YouTube dans la vidéo. Lancée lundi, Jellies est destinée aux enfants. Sa plateforme, payante (5 dollars par mois) et sans publicité, propose environ 3000 dessins animés et vidéos éducatives, choisies manuellement par la société. Elle espère ainsi capitaliser sur les multiples polémiques ayant récemment rattrapé la version pour enfants de YouTube. Ces dernières semaines, la filiale de Google a plusieurs fois modifié ses règles afin de retirer des contenus inappropriés.

Lire aussi: YouTube supprime plus de 150 000 vidéos d’enfants avec des commentaires déplacés


Semaines précédentes:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)