L’Arabie saoudite investit dans Uber

Levée de fonds record pour Uber. Mercredi, la plateforme américaine de voitures avec chauffeur a officialisé une prise de participation du fonds souverain d’Arabie saoudite. Celui-ci a injecté 3,5 milliards de dollars, sur la base d’une valorisation d’environ 60 milliards. Avec ce nouvel investissement, la société de San Francisco affirme disposer d’une trésorerie de 11 milliards de dollars. De quoi financer son développement rapide dans de nombreux pays. Au cours des six premiers mois de 2015, Uber aurait en effet perdu près d’un milliard de dollars, selon des documents internes dévoilés par le site spécialisé The Information.

Lire aussi: Uber, Lyft et Didi se lancent dans une course aux milliards

Snapchat dépasse Twitter

Selon l’agence Bloomberg, Snapchat compterait désormais plus de 150 millions d’utilisateurs par jour, soit un gain de 40 millions au cours des six derniers mois. L’application de messagerie, connue pour ses messages qui s’effacent au bout de quelques secondes, dépasserait ainsi Twitter, dont le nombre d’adeptes stagne depuis plusieurs trimestres. Ce succès d’audience doit cependant encore être monétisé. Selon des documents internes obtenus par le site Techcrunch, Snapchat n’aurait généré que 59 millions de dollars de chiffres d’affaires l’an passé, contre un objectif de 100 millions.

Microsoft va davantage investir dans des start-up

Microsoft copie Google. Lundi, le géant de Redmond a annoncé le lancement de Microsoft Ventures, son propre fonds d’investissement dans des start-up. Il imite ainsi son grand rival, dont la filiale Google Ventures est entrée dans le capital de nombreuses jeunes sociétés au cours de ces dernières années, comme Uber, Slack et Medium. Les efforts de Microsoft seront menés par un ancien dirigeant de Qualcomm, débauché en début d’année. Ils se concentreront aux Etats-Unis et en Israel dans les domaines du cloud computing, de la sécurité informatique et de l’intelligence artificielle.

Robinhood se lance en Chine

Robinhood tente sa chance à l’international. L’application qui permet de boursicoter sans aucun frais de courtage est désormais disponible en Chine. La jeune entreprise a conclu un partenariat avec le géant chinois Baidu. Imaginé par deux anciens de Wall Street, RobinHood se distingue de la concurrence en ne prélevant aucun frais de courtage. Pour gagner de l’argent, la start-up réinvestit les sommes qui ne sont pas utilisées par ses membres. Elle va aussi lancer des achats sur marge, un service payant d’emprunt pour financer des achats d’actions. Prochains objectifs: l’Australie, le Canada puis l’Europe.

Jawbone nie mettre fin à sa production

Pionnière sur le marché des wearables, la start-up Jawbone serait-elle à bout de souffle? Selon la presse américaine, elle aurait mis fin à la production de ses bracelets connectés. Ces informations ont été démenties par le directeur général de l’entreprise. Pour autant, Jawbone est bien en difficultés. Fin 2015, la jeune société avait licencié 15% de ses effectifs. En début d’année, sa dernière levée de fonds (d’un montant de 165 millions de dollars) s’est effectuée sur la base d’une valorisation divisée par deux. Selon le cabinet IDC, ses ventes sont par ailleurs très nettement inférieures à celle de son grand rival Fitbit.