Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Présentation des améliorations du service de vidéos en direct sur Facebook.

Technologies

Une semaine dans la Silicon Valley: des «live» sur Facebook à la bataille des «chatbots»

Chaque vendredi, Le Temps fait le point sur l'actualité de la semaine écoulée dans la Silicon Valley. Au sommaire de cette édition: Facebook accélère dans la vidéo en direct et le navigateur web qui promet de rémunérer les internautes

■ Facebook parie sur la vidéo en direct

Face à Periscope, Facebook accélère. Mercredi, le réseau social a présenté une série d’améliorations apportées à Live, sa plate-forme de diffusion de vidéos en direct. Elles visent à offrir de nouvelles fonctionnalités aux utilisateurs et à donner davantage de visibilité aux contenus créés. La vidéo en direct fait partie des priorités de Mark Zuckerberg, le fondateur et patron de la société. Il considère qu’elle s’inscrit dans l’évolution des usages des internautes. Facebook cherche à rattraper le retard pris sur Periscope, l’application lancée l’an passé par Twitter. Son principal avantage: son audience (plus de 1,6 milliard d’utilisateurs par mois)

Lire aussi: Facebook lance sa riposte à Periscope

■ Twitter va diffuser des matchs de NFL

Convoités par Amazon et Yahoo, les droits de retransmission sur Internet de dix rencontres de NFL, le grand championnat de football américain, ont finalement été raflés par Twitter. Selon les informations du site Recode, le site de microblogging, devrait payer autour de dix milliards de dollars. Ces matchs seront diffusés gratuitement. Twitter ne pourra cependant vendre qu’un nombre limité de publicités par match. L’intérêt pour la société est ailleurs: attirer de nouveaux adeptes alors que son nombre d’utilisateurs stagne depuis plusieurs trimestres.

Lire aussi: En perte de vitesse, Twitter peut-il rebondir?

■ Verizon poursuit ses investissements sur Internet

Verizon n’en finit plus d’investir dans les médias web. Après avoir racheté AOL pour 4,4 milliards de dollars en 2015, le premier opérateur mobile américain vient d’injecter plus de 100 millions de dollars dans AwesomenessTV. Détenue par le studio d’animation Dreamworks, la start-up est spécialisée dans la production de vidéos à destination des adolescents. Ces dernières seront désormais disponibles en exclusivité sur Go90, le concurrent de YouTube récemment lancé par Verizon. Et l’opérateur devrait faire une offre pour racheter les activités Internet de Yahoo.

■ Kik intègre des «chatbots» à sa messagerie

La bataille des «chatbots» s’accentue entre les applications de messagerie. Ces programmes informatiques avec lesquels on peut converser sont considérés comme la prochaine évolution de l’Internet mobile. Mardi, Kik a officialisé le lancement d’un «bot store» sur sa plate-forme. Celui-ci regroupe pour le moment une quinzaine de robots qui permettent de consulter la météo, de recevoir des blagues ou des conseils de maquillage. «Les applications de messagerie vont devenir les nouveaux navigateurs et les bots les nouveaux sites Internet», assure Ted Livingston, le patron de Kik. La semaine prochaine, Facebook devrait lancer une plate-forme similaire.

■ Brave, le navigateur Web qui veut rémunérer les internautes

Être payé pour surfer sur Internet. C’est la promesse de Brave, un nouveau navigateur lancé par l’ancien patron de Mozilla, le concepteur de Firefox. Pour cela, Brave va remplacer les publicités affichées sur le web par ses propres bannières. 15% des recettes seront reversées aux internautes, en monnaie virtuelle Bitcoin. Les sites percevront 55%. Jeudi, l’association des journaux américains exigent le retrait du navigateur. Les dirigeants de Brave assurent que les médias n’ont pas compris leur démarche, qui viserait à contrer le développement des bloqueurs de publicité.

Lire aussi: Brave, le navigateur qui veut nettoyer le Net

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)