Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La FDA a donné 60 jours à Juul pour détailler comment elle prévoit de limiter l’utilisation de ses cigarettes électroniques par des mineurs.
© REUTERS/BRENDAN MCDERMID

Technologie

Une semaine dans la Silicon Valley: des nouveaux iPhone à l’ultimatum fixé à Juul

Chaque vendredi, «Le Temps» fait le point sur l’actualité de la semaine écoulée dans la Silicon Valley. Au sommaire de cette édition: les prix encore plus élevés des prochains iPhone, le départ du numéro deux de Snapchat, l’ultimatum fixé à Juul et la levée de fonds d’Atrium

■ Apple présente de nouveaux iPhone, encore plus chers

Apple poursuit sa stratégie de hausse des prix. Ses nouveaux iPhone, qui seront commercialisés à partir du 21 septembre, seront globalement plus chers que les précédents. Le premier prix, l’iPhone Xr, sera vendu à 749 dollars aux Etats-Unis, soit 50 dollars de plus que l’iPhone 8. Pour le modèle le plus onéreux, l’iPhone Xs Max, la facture pourra même atteindre 1449 dollars. Du jamais-vu pour un smartphone de la marque. Mais cette stratégie est pour l’instant gagnante. L’an passé, l’arrivée d’un appareil à 999 dollars a permis à la société d’enregistrer une croissance de son chiffre d’affaires, malgré une stagnation du nombre d’unités vendues.

Lire à ce propos: Apple lancera des iPhone plus grands… et plus chers

■ Snap perd son numéro deux…

Dans la tourmente, Snap va devoir trouver un nouveau bras droit à Evan Spiegel, son fondateur et patron. Lundi, l’application de messagerie a annoncé le prochain départ de Imran Khan, son directeur de la stratégie. Ancien banquier chez Credit Suisse, le responsable avait rejoint la société en 2014, notamment pour développer la monétisation de la plateforme. Depuis l’introduction en bourse de Snapchat, fin 2017, plusieurs responsables ont quitté l’entreprise. Dans le même temps, les doutes sur le potentiel de croissance se sont accentués. A Wall Street, l’action de Snap a touché cette semaine son plus bas niveau historique.

… et Google perd une pointure de l’intelligence artificielle

Figure de l’intelligence artificielle, Fei-Fei Li quitte Google. Ce départ, officialisé lundi, était prévu, assure le moteur de recherche. Il va permettre à la spécialiste de retourner enseigner à l’Université Stanford. Chez Google, elle était en charge de l’intelligence artificielle au sein de la division de cloud computing. Ces derniers mois, plusieurs services ont été lancés pour aider les clients du service à concevoir des algorithmes d’apprentissage automatique. Le départ de Fei-Fei Li intervient aussi six mois après la polémique sur un contrat entre Google et le Pentagone pour améliorer l’analyse des photos prises par les drones de l’armée américaine.

Lire aussi: Dans le cloud, Google veut tourner la page des polémiques

■ Les autorités sanitaires lancent un ultimatum à Juul

Juul est à nouveau dans le collimateur des autorités sanitaires américaines. Mercredi, la FDA a lancé un ultimatum à la start-up fabriquant des cigarettes électroniques. Elle lui donne 60 jours pour détailler comment elle prévoit de limiter l’utilisation de ses produits par des mineurs. La FDA menace d’en interdire la vente. Fondée en 2015, Juul est devenue le leader du marché avec sa cigarette qui ressemble à une clé USB et ses recharges parfumées à la mangue ou à la menthe. Au cours des douze derniers mois, la société aurait généré 1,3 milliard de dollars de chiffre d’affaires.

■ Atrium lève 65 millions de dollars

Un an après son lancement, Atrium passe la vitesse supérieure. Lundi, la start-up a officialisé une levée de fonds de 65 millions de dollars. Fondée par Justin Kan, le créateur de Twitch, elle ambitionne de révolutionner les actes légaux. La firme, qui compte 250 clients, utilise des logiciels d’intelligence artificielle pour automatiser une partie des tâches et faciliter le travail de ses avocats. Pour le moment, elle s’est spécialisée dans l’aide aux start-up (levée de fonds, distribution d’actions…). Ses responsables n’excluent pas, un jour, de vendre leurs logiciels à des cabinets d’avocats.

Lire aussi: Le numérique gagne aussi les avocats


Semaines précédentes:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)