Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Une femme chinoise se fait prendre en photo devant le logo Google devant le siège de la société à Pékin le 3 août 2018.
© ROMAN PILIPEY/EPA

Technologie

Une semaine dans la Silicon Valley: du record boursier d’Apple aux ambitions chinoises de Google

Chaque vendredi, «Le Temps» fait le point sur l’actualité de la semaine écoulée dans la Silicon Valley. Au sommaire de cette édition: la capitalisation boursière record d’Apple, le possible retour de Google en Chine, la monétisation de WhatsApp, l’abandon du projet de camions autonomes chez Uber et la levée de fonds de Brandless

■ Apple dépasse les 1000 milliards de dollars en bourse

Apple est devenue jeudi la première entreprise américaine à dépasser la barre symbolique des 1000 milliards de dollars de valorisation boursière. Mardi, le groupe à la pomme a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes des marchés, avec un chiffre d’affaires de 53,3 milliards de dollars et des profits de 11,5 milliards. Malgré la stagnation des ventes d’iPhone, les recettes liées aux smartphones progressent grâce au bond de 20% du prix de vente moyen, provoqué par le lancement de l’iPhone X, plus cher que les autres modèles. Autre élément positif: les services affichent une croissance supérieure à 30%.

■ Google prépare son retour en Chine

Huit ans après son départ, Google pourrait bientôt faire son retour en Chine. Selon plusieurs médias américains, le groupe de Mountain View développe une version censurée de son moteur de recherche, filtrant les mots clés et les sites internet interdits par Pékin. Un lancement serait espéré début 2019. Google avait quitté la Chine en 2010 après avoir été victime d’attaques informatiques. Ses dirigeants s’opposaient aussi à la censure. Ce possible retour suscite déjà de vives contestations au sein de l’entreprise.

Lire à ce sujet: Pour revenir en Chine, Google teste un moteur de recherche censuré

■ WhatsApp lance sa monétisation

Pour WhatsApp, il est de temps de gagner de l’argent. Mercredi, Facebook, sa maison mère, a dévoilé de nouvelles fonctionnalités payantes pour les entreprises, qui pourront envoyer des messages non promotionnels (carte d’embarquement, suivi d’une livraison, rappel d’un rendez-vous…) aux utilisateurs pour un tarif compris entre 0,05 et 9 cents. Facebook a également annoncé l’arrivée de publicités dès l’année prochaine sur les «statuts», qui permettent de partager des photos et de courtes vidéos. Ces annonces interviennent alors que Facebook a connu la semaine dernière un plongeon historique à Wall Street.

Lire aussi: Les trois trahisons de WhatsApp

■ Uber abandonne son projet de camions autonomes

Quatre mois après le décès d’une piétonne renversée par l’une de ses voitures sans chauffeur, Uber abandonne son projet de semi-remorques autonomes. Celui-ci avait débuté en 2016, après le rachat de la start-up Otto. Plusieurs tests avaient déjà été effectués. Mais Uber préfère désormais consacrer tous les efforts au développement d’une voiture autonome, qui est jugé plus primordial pour l’avenir de la société. Les tests sont suspendus depuis l’accident. Uber espère les reprendre bientôt après avoir modifié son logiciel, mis en cause par le rapport d’enquête, et ses protocoles.

■ Brandless lève 240 millions pour rivaliser avec Amazon

La domination d’Amazon dans le commerce en ligne n’effraie pas Softbank. Mardi, le groupe japonais a officialisé un nouvel investissement dans le secteur, en injectant 240 millions de dollars dans Brandless. Comme son nom l’indique, l’e-marchand américain vend des produits sans marque. Autre particularité: tous les articles coûtent 3 dollars. Le site propose 300 références (pâtes, boîtes de conserve, dentifrice, produits d’entretien…). En éliminant les marques, il estime pouvoir proposer des articles de meilleure qualité pour le même prix.


Lire la chronique précédente: Du plongeon boursier de Facebook au départ du patron de Nextdoor

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)