Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Tesla pourrait se retirer de la bourse, son patron Elon Musk assurant même qu’il a trouvé les financements pour réaliser cette opération.
© David Zalubowski/AP

Technologie

Une semaine dans la Silicon Valley: du retrait de la cote de Tesla aux lunettes de réalité augmentée de Magic Leap

Chaque vendredi, «Le Temps» fait le point sur l’actualité de la semaine écoulée dans la Silicon Valley. Au sommaire de cette édition: le possible retrait de la cote de Tesla, un recrutement pour les voitures d’Apple, l’annulation d’une amende infligée à Qualcomm, le lancement des lunettes de Magic Leap et la levée de fonds de NewTV

• Tesla pourrait quitter Wall Street

Elon Musk veut en finir avec Wall Street. Mardi, le patron de Tesla a ouvert la voie à un retrait de la cote du constructeur de voitures électriques. Il a même assuré qu’il avait trouvé les financements pour réaliser cette opération. Elon Musk doit encore obtenir l’aval des actionnaires de Tesla. Quitter la bourse permettrait à la société de se concentrer sur ses objectifs à long terme, en n’ayant plus à subir la pression des marchés financiers sur sa rentabilité et sa consommation de liquidités. Si les analystes partagent majoritairement cet avis, ils s’interrogent encore sur la faisabilité de l’opération.

Lire aussi: Elon Musk prêt à tout pour sauver Tesla

• Apple recrute un ancien de Tesla

Après cinq ans chez Tesla où il était chargé de l’ingénierie, Doug Field revient chez Apple. Il rejoint les équipes du projet Titan, qui travaillent sur la conception de voitures sans conducteur. Le recrutement de l’ancien dirigeant de Tesla intervient après celui d’un responsable de Waymo, la filiale de Google spécialisée dans le domaine. Il relance les rumeurs sur les véritables ambitions d’Apple alors que la presse américaine assure que le groupe a renoncé à fabriquer sa propre voiture pour se concentrer sur la conception du système de radars et des logiciels.

• Qualcomm échappe à une grosse amende

Un peu de répit pour Qualcomm. Vendredi, les autorités de Taïwan ont annoncé un accord à l’amiable avec le fabricant américain de puces électroniques. En échange d’un programme d’investissements dans le pays, Qualcomm n’aura pas à payer l’amende de 773 millions de dollars qui lui avait été infligée. Il conserve aussi le droit de prélever des royalties sur les ventes de smartphones, qui représentent une grande partie de ses profits. En début d’année, la société avait été sanctionnée d’une amende de 1 milliard d’euros en Europe. Elle est aussi dans le collimateur des régulateurs américains.

• Magic Leap dévoile le prix de son casque

Les lunettes de réalité augmentée de Magic Leap sont enfin disponibles aux Etats-Unis. Jusqu’ici inconnu, leur prix a été fixé à 2295 dollars! A ce tarif, la start-up vise d’abord les développeurs d’applications. Sa technologie consiste à afficher des hologrammes dans le monde réel. Les premiers avis de la presse américaine sont très mitigés, notamment en raison d’un champ de vision limité. On reste ainsi encore très loin des vidéos de concept qui avaient permis à Magic Leap de lever près de 2 milliards de dollars.

• Un milliard de dollars pour NewTV

Le projet NewTV prend forme. Mardi, l’entreprise a officialisé une levée de fonds de 1 milliard de dollars auprès de Disney, Fox, Sony, Alibaba et autres. Elle a été fondée par Jeffrey Katzenberg, un ancien dirigeant de Disney qui avait ensuite créé le studio d’animation Dreamworks. Elle a recruté Meg Whitman (l’ancienne directrice générale de HP et d’eBay) comme patronne. NewTV, dont le nom est provisoire, veut lancer une plateforme de streaming vidéo pensée pour le mobile. Face à Netflix et YouTube, elle veut proposer des contenus de qualité, limités à une dizaine de minutes.


Lire la chronique précédente:  Du record boursier d’Apple aux ambitions chinoises de Google

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)