Seules les deux grandes banques sont prêtes à affronter une crise de grande ampleur. La Finma a validé les plans d’urgence suisses de Credit Suisse et UBS – avec une réserve pour la seconde – mais elle a jugé ceux de Raiffeisen, de PostFinance et de la Banque cantonale de Zurich (BCZ) «pas encore exécutables» dans un communiqué envoyé mardi matin.

Ces cinq banques dites d’importance systémique (ou too big to fail), dont une faillite pourrait mettre en danger le système financier suisse, devaient présenter comment elles comptent assurer leurs fonctions essentielles pour l’économie suisse en cas de turbulences financières. Il s’agit notamment du trafic des paiements et des opérations de dépôt et de crédit.