Internet

Une start-up genevoise qui plaît aux universités américaines

Goodwall a clôturé une levée de fonds de 2,1 millions de francs. Près de 500 000 étudiants sont inscrits sur le site

Créée par deux frères, Omar (23 ans) et Taha (25 ans) Bawa, la start-up genevoise Goodwall a levé 2,1 millions de francs. La jeune entreprise, fondée en 2014, a lancé une plateforme en ligne mettant en contact universités et étudiants. Ces derniers peuvent y déposer leur curriculum vitae ainsi que leur profil, leurs notes ou leurs centres d’intérêt. Un algorithme permet alors de définir l’université qui leur correspond le mieux.

Actuellement près de 500 000 étudiants, originaires de 150 pays et âgés de 15 à 18 ans, sont déjà inscrits sur le site. Parallèlement, 3000 universités et collèges sont également présents sur Goodwall. «Les universités américaines ont l’habitude de dépenser beaucoup d’argent en marketing pour attirer des étudiants. Elles payent pour figurer sur le site, explique Taha Bawa qui ne tient toutefois pas à dévoiler le chiffre d’affaires de la start-up qui génère aussi des revenus grâce à la publicité payée par des prestataires de formation, proposant par exemple des cours de langues ou des stages d’été. «En accédant à notre site, ils peuvent avoir accès à des étudiants au profil très ciblé», précise l’entrepreneur.

Convaincre 1 à 2 millions d’étudiants en 2016

Possédant des bureaux à Genève et Boston, Goodwall vise essentiellement des établissements aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Certaines universités suisses sont aussi présentes sur la plateforme, à l’exemple de l’Université de Genève ou la Business School Lausanne.

La start-up de quinze collaborateurs s’est faite jusqu’à présent essentiellement connaître par bouche-à-oreille. Elle espère convaincre entre 1 à 2 millions d’étudiants en 2016 grâce notamment aux fonds levés via la Banque Alternative Suisse (BAS), la plateforme zurichoise investiere ainsi qu’auprès d’un groupe d’investisseurs privés dirigé par Francis Clivaz, co-fondateur du conseil Européen des écoles internationales. Les investisseurs Ulrich Essmann et Tim Schumacher, co-fondateurs du site Sedo.com ainsi que Martin Steinmann, un entrepreneur basé Boston, ont rejoint le conseil de Goodwall.

Publicité