Avec une galaxie de 47 sites web et plus de 5000 vidéos en ligne, Naughty America est l’un des plus importants studios de l’industrie pornographique américaine. Cette semaine, une start-up genevoise, Decent, a signé avec l’éditeur de contenu pornographique pour faciliter la diffusion de ses contenus. Le but sera d’empêcher le piratage de vidéos, fléau contre lequel se bat le secteur du X depuis des années. Decent devrait aussi permettre aux clients de Naughty America d’accéder à ce contenu de manière anonyme.

Blockchain

Decent s’est spécialisée dans la diffusion de contenu numérique de manière décentralisée. En se basant sur la technologie blockchain, la start-up affirme pouvoir protéger les droits de propriété intellectuelle de ses clients, ainsi que la sphère privée des utilisateurs. Pour Matej Michalko, cofondateur de la société basée à Genève, ce contrat est «un succès majeur pour Decent et la technologie blockchain. Cela prouve que cette technologie possède le potentiel d’être utilisée bientôt par tous». La technologie de la société suisse doit permettre de suivre et de sécuriser tout ce qui est publié sur Internet, luttant de cette manière contre le piratage. Decent a d’autres projets, dans le domaine des livres électroniques, de la musique et des jeux.

Quels sont les bénéfices pour Naughty America? «Le studio sera certain que ses vidéos ne seront pas volées et republiées sur d’autres sites par des pirates, poursuit Matej Michalko. Cela leur permettra de protéger leurs sources de revenus et de maintenir leur modèle d’affaires». Le lancement est prévu pour début 2017. Quant aux utilisateurs, ils pourront visionner les vidéos de manière anonyme (en payant via des cryptomonnaies telles le bitcoin) et seront certains de la source du contenu, poursuit le cofondateur. Naughty America se présente comme l’un des studios les plus en avance dans le domaine des nouvelles technologies, via des vidéos à 360 degrés et 3D. Ce fut l’un des premiers à proposer du contenu visionnable via des casques de réalité virtuelle, que ce soit le Samsung Gear VR, l’appareil d’Oculus ou le modèle Vive de HTC.

Bientôt pour les livres

Decent possède d’autres projets. La start-up travaille avec CashBus, un acteur important des prêts entre particuliers via le réseau peer-to-peer en Chine. «Nous sommes aussi en train de conclure des accords avec des fabricants importants de lecteurs de livres électroniques et des grands distributeurs de vidéos», affirme Matej Michalko.

Decent compte aujourd’hui vingt employés, dont huit à temps plein et recherche actuellement des développeurs. La start-up, qui se présente comme une organisation à but non lucratif, est actuellement en train de lever des fonds sur un modèle participatif. Selon Matej Michalko, plus de 5500 bitcoins, soit l’équivalent de 3,3 millions de francs, ont déjà été réunis pour financer les projets futurs. Decent veut lever davantage d’argent (sans préciser le montant visé) d’ici un mois.

Lire aussi: Decent donne les moyens de court-circuiter Apple et Google