Médecin à Genève, spécialiste des maladies digestives, Norman Godin a conçu une valve en silicone pour combattre le reflux gastro-œsophagien. Méconnu du grand public, ce problème reflète néanmoins une maladie courante qui se caractérise par des remontées brûlantes et acides du contenu de l'estomac vers l'œsophage. Ce trouble gastro-entérologique, qui touche environ 7% de la population, est lié à un relâchement d'un muscle du sphincter inférieur de l'œsophage. La hernie hiatale (passage d'une partie de l'estomac au-dessus du diaphragme, dans le thorax) représente un facteur aggravant.

Remplacer les médicaments

Introduite par la bouche par endoscopie et sous anesthésie locale, la valve conçue par Norman Godin est placée en bas de l'œsophage. Une fois mis en place et agrafé, cet implant tubulaire devrait bloquer l'acidité et prévenir le cancer de l'œsophage, une complication qui peut parfois faire suite à une inflammation sévère.

Pour commercialiser cette invention, le médecin genevois a créé la société Biomedix. Des brevets ont été déposés aussi bien sur la valve que sur le système d'agrafage. Des tests cliniques sur l'être humain démarreront dans le courant de l'année prochaine.

«J'espère obtenir un marquage CE, permettant une commercialisation du produit d'ici deux à trois ans. Pour cela, il suffira de tester la valve sur une trentaine de patients.» Le médecin pense que son produit pourra rapidement être vendu. «J'ai déjà développé un stent similaire destiné au cancer de l'œsophage. Il est désormais prouvé que ce type d'implant stoppe le reflux et Biomedix reçoit d'ailleurs des redevances sur ce stent, commercialisé par la société américaine Cook aux Etats-Unis, explique Norman Godin. Le défi consiste surtout à valider le système d'agrafage.»

Aujourd'hui, les traitements pour lutter contre les reflux gastro-œsophagien passent par la prise de médicaments qui bloquent l'acidité. Or très souvent, le traitement ne peut être interrompu. Autre possibilité: la chirurgie, un acte qui n'est pas dénué d'effets secondaires (diarrhées, difficultés à avaler). Cet acte s'adresse essentiellement aux patients ne répondant pas aux traitements médicamenteux.