Frappée de plein fouet par l'effondrement du trafic aérien généré par la pandémie de Covid-19, la compagnie américaine United Airlines a annoncé mercredi avoir perdu 7,1 milliards de dollars (5,8 milliards d'euros) en 2020.

Son chiffre d'affaires a chuté de 65%, à 15,4 milliards de dollars (12,6 milliards d'euros) sur la période, qualifiée par la société de «crise la plus difficile de l'histoire de l'aviation». Le groupe a transporté au total 58 millions de passagers en 2020, contre 162 millions en 2019, détaille un communiqué.

Lire aussiLe secteur aérien face à une vague de licenciements aux Etats-Unis

Et pour le trimestre en cours, United ne s'attend pas à une réelle amélioration puisqu'elle anticipe un chiffre d'affaires opérationnel en baisse de 65% à 70% par rapport à la même période en 2019, avant que la pandémie n'affecte le transport aérien.

2021, une «année de transition»

Une accélération de la distribution du vaccin contre le Covid-19 pourrait conduire à «une amélioration plus rapide» du trafic, souligne le communiqué. Mais la compagnie ne souhaite pas pour l'instant inclure cette hypothèse dans ses perspectives pour le premier trimestre.

Le groupe assure toutefois avoir «stabilisé ses fondations financières» et s'attend à ce que 2021 soit une «année de transition» avant un redressement plus solide.

Un retour aux chiffres de 2019 attendu pour 2023

Sur le seul quatrième trimestre, le groupe a enregistré une perte nette de 1,9 milliard de dollars (1,5 milliard d'euros) pour un chiffre d'affaires en chute de 69% à 3,41 milliards de dollars (2,81 milliards d'euros), selon le communiqué.

Le groupe a terminé l'année avec 19,7 milliards de dollars (16,2 milliards d'euros) de trésorerie à sa disposition. La compagnie affirme avoir réduit le rythme auquel elle brûle ses liquidités, à 19 millions de dollars (15,6 millions d'euros) par jour au quatrième trimestre contre 24 millions (19,7 millions d'euros) au troisième trimestre.

Lire encore: American Airlines pourrait licencier jusqu'à 25 000 salariés

Mais en incluant le remboursement des intérêts sur l'argent emprunté et d'autres dépenses, ce montant s'est élevé à 33 millions (27,2 millions d'euros) par jour entre octobre et décembre, contre 25 millions (20,6 millions d'euros) au trimestre précédent.

Pour la suite, le groupe affirme avoir recommencé à faire de grosses opérations de maintenance et de révision des moteurs pour être prêt quand la demande reviendra. United espère que sa marge ajustée d'excédent brut d'exploitation reviendra en 2023 à son niveau de 2019.