Mission accomplie. En l’espace de deux jours, UPC a franchi deux étapes majeures dans son projet d’absorption de Sunrise. Annoncé le 12 août dernier, le rachat de ce dernier est à bout touchant, avec les feux verts donnés jeudi par les actionnaires et vendredi par la Commission de la concurrence (ComCo). Alors que démarre un vaste chantier de mariage entre ces deux opérateurs, l’opération semble faire un heureux – Swisscom – et une victime – Salt.

Lire aussi: Sunrise veut désormais se vendre à Liberty Global, propriétaire d’UPC

Jeudi, UPC annonçait détenir 96,48% du capital-actions et des droits de vote de Sunrise. L’opération, dont les résultats définitifs doivent être annoncés mardi prochain, valorise la cible du groupe américain Liberty Global (propriétaire d’UPC) à 6,8 milliards de francs. Ce rachat est vu positivement par la ComCo – elle avait déjà donné son feu vert à l’opération inverse, une opération qui avait échoué à cause du refus des actionnaires de Sunrise. Vendredi, la ComCo estimait qu'«il n’existe pas de risque d’une élimination de la concurrence effective. Il est donc peu probable qu’UPC/Sunrise et Swisscom se coordonnent à l’avenir.»

Prix stables attendus

La Commission relève que le futur «UPC/Sunrise disposera comme Swisscom de sa propre infrastructure de réseau mobile et fixe». C’est là un point essentiel: la nouvelle entité sera la seule à être au même niveau que l’opérateur historique, Sunrise apportant son réseau mobile et UPC son réseau câblé.

Quelles conséquences pour les consommateurs? Analyste spécialisé dans les télécoms chez Comparis, Jean-Claude Frick estime que l’appréciation de la ComCo est juste, mais qu’il ne faut attendre aucun miracle: «Swisscom et le futur Sunrise/UPC sont en concurrence et il y a aussi Salt, donc nous n’avons pas à craindre que les deux acteurs dominants se coordonnent. Et je pense que les prix ne vont évoluer, ni à la hausse ni à la baisse. Nous n’aurons pas d’offres meilleur marché parce que UPC achète Sunrise. Les clients de ces deux opérateurs obtiendront des offres combinées plus intéressantes, mais pas moins chères.»

Dynamiques différentes

Et selon Andreas Müller, analyste auprès de la Banque cantonale de Zurich, Swisscom pourra tirer son épingle du jeu. «Le marché des télécoms offrira des possibilités à Swisscom dans les années à venir. Durant la phase d’intégration, il y aura une fenêtre d’opportunité pour Swisscom, qui pourra récupérer des clients perdus. Quant aux clients d’UPC et de Sunrise, ils vont migrer vers un nouveau réseau, ce qui, traditionnellement, donne l’occasion aux consommateurs de réévaluer leur fournisseur», estime l’analyste dans une note. Andreas Müller estime aussi que l’expansion de Swisscom dans la fibre optique lui permettra de concurrencer plus efficacement le réseau fixe d’UPC.

L’analyste souligne aussi que les dynamiques sont très différentes entre ces concurrents: depuis 2012, Swisscom a gagné 750 000 clients pour la télévision, alors qu’en face UPC en a perdu 450 000 et Sunrise en a gagné environ 200 000. Andreas Müller estime aussi que la perte de parts de marché d’UPC pour l’accès à internet – au profit de Swisscom – pourrait se poursuivre.

Inquiétude pour Salt

Swisscom n’a pas de quoi être inquiet. Mais Salt si, selon Jean-Claude Frick. Car le retrait de Sunrise de l’alliance avec Salt pour créer un réseau de fibre optique est une mauvaise nouvelle pour l’opérateur basé à Renens (VD). «C’est une catastrophe pour Salt. Il est beaucoup plus petit que ses deux concurrents et personne ne l’aide pour construire un réseau de fibre optique. Salt est faible et le sera encore davantage à l’avenir. Pour la 5G, par exemple, Salt vient tout juste d’activer son réseau alors que Sunrise et Swisscom édifient leurs réseaux depuis plus d’un an et demi», analyse l’expert de Comparis.

L’objectif de l’alliance Swiss Open Fiber, porté initialement par Sunrise et Salt, était de couvrir 1,5 million de ménages en fibre d’ici cinq à sept ans via un investissement de quelque 3 milliards de dollars. Cette alliance suspendue, Swisscom est plus que jamais maître du jeu sur le réseau de la fibre optique.