Un bol d’air bienvenu pour des milliers de petits indépendants frappés de plein fouet par les conséquences de la pandémie de Covid-19. Le Conseil d’Etat valaisan a décidé d’intervenir en complément de la Confédération pour améliorer le filet de sécurité qui vise à les soutenir.

Après un premier train de mesures pris en mars pour un montant de 170 millions de francs, l’exécutif cantonal a débloqué jeudi 40 millions de francs supplémentaires. Il a surtout franchi un pas inédit en Suisse romande, en décidant de venir en aide aux personnes travaillant «à leur compte» dont l’activité est fortement réduite, mais qui ne bénéficient pas du dispositif déployé au niveau fédéral.

Lire aussi: Ces petits patrons paralysés

15 000 patrons concernés

Selon le conseiller d’Etat Christophe Darbellay, chargé de l’Economie, ce sont quelque 15 000 patrons qui pourront dès le 15 avril percevoir une indemnité mensuelle d’un montant maximum de 4410 francs (80% de leur bénéfice net). Le coût mensuel de la mesure est estimé à 25 millions de francs.

Le gouvernement a également décidé de mieux soutenir les indépendants salariés de leur propre entreprise. Le Conseil fédéral leur octroie un forfait mensuel de 3320 francs qui pourra être complété par un soutien cantonal de 2560 francs au maximum. Chiffré à 11,5 millions de francs, le geste devrait profiter à 4500 dirigeants de PME valaisans.

Pour compléter ces outils, un montant de 3 millions de francs est prévu pour des cas de rigueur qui ne correspondraient pas à ces catégories et ne touchent aucune aide.

Une première en Suisse

Jusqu’à ce jour, aucun autre canton suisse n’était allé aussi loin. Genève, Neuchâtel et le canton de Vaud ont débloqué des dizaines de millions pour permettre aux petites entreprises de résoudre leurs problèmes de trésorerie, mais ont privilégié la voie des prêts sans intérêts.

A Genève, un accord a par ailleurs été trouvé cette semaine pour soulager les indépendants et les micro-sociétés. L’Etat prend à sa charge, à fonds perdu, la moitié de petits loyers d’avril, les bailleurs assumant l’autre partie.

Lire également: Une bouffée d’oxygène pour les petits loyers commerciaux

Selon l’Office fédéral de la statistique, la Suisse compte 592 000 travailleurs répertoriés comme indépendants. L’éventail des professions est extrêmement large, allant de l’ostéopathe au petit patron, en passant par les médecins et les graphistes. A ce jour, seuls les acteurs économiques frappés d’une interdiction de travailler, les restaurateurs, les coiffeurs ou les commerçants, bénéficient d’une indemnisation fédérale. Basé sur le dernier décompte AVS et puisé dans le fonds de l’assurance perte de gain, le montant versé s’élève au maximum à 196 francs par jour, mais est aussi versé le week-end.

Des différences de traitement pointées du doigt

Les patrons dirigeant une société anonyme ou une société à responsabilité limitée reçoivent, eux, à titre exceptionnel une indemnité de 3320 francs qui provient de l’assurance chômage.

Beaucoup critiquent un dispositif imparfait, à plusieurs vitesses qui soutient les professions de manière différenciée. Plusieurs actifs du domaine de la santé dont les activités sont actuellement réduites en raison des mesures de distanciation sociale appellent également Berne à l’aide.

Lire enfin: Cédric Portier, avocat: La Suisse compte quatre catégories de chômeurs