Alors que la croissance de l'économie suisse a été plus forte que prévu au deuxième trimestre, les vingt plus grandes entreprises helvétiques peuvent aussi se targuer de bons résultats en première moitié d'année, exception faite du secteur financier. Seuls UBS et Credit Suisse enregistrent une perte nette au 1er semestre.

Les assureurs Swiss Re et Bâloise paient également un lourd tribut à la crise financière. Et si Swiss Life accroît son bénéfice net à 1,64 milliard de francs, c'est avant tout grâce au montant de 1,5 milliard de francs qui résultent des gains extraordinaires de la vente de la Banque du Gothard et de ses deux filiales néerlandaise et belge. Seul ZFS se distingue dans ce secteur avec un bénéfice en légère hausse.

A l'inverse, ABB, Nestlé, Syngenta et Synthes se démarquent en affichant à la fois une forte croissance de leur chiffre d'affaires et de leur bénéfice. Les deux géants pharmaceutiques bâlois Novartis et Roche réalisent aussi un bon premier semestre, même si le second groupe a été pénalisé par des facteurs extraordinaires.

Qu'attendre pour la seconde moitié de l'exercice? Dans un commentaire publié mardi, la Banque Sarasin observe qu'en dépit des soucis persistants liés au secteur financier, la plupart des entreprises publient des bénéfices supérieurs aux attentes des analystes. Les marchés sont dès lors en train de se constituer un plancher même si de nouvelles corrections ne sont pas exclues, estime l'établissement bâlois. La banque se montre surtout optimiste envers le marché des actions suisses. Un dollar plus fort devrait soutenir l'industrie suisse d'exportation, tandis que la stabilisation du secteur financier devrait constituer un facteur positif pour les actions helvétiques.

Facteur anticipé

Quant au ralentissement conjoncturel qui se dessine en Europe, Philipp Bärtschi, stratège chez Sarasin, estime que ce facteur a déjà été largement anticipé par les marchés financiers jusqu'à présent. Des sociétés telles que Roche, Synthes ou Lonza sont jugées attrayantes compte tenu de leur capacité à générer des revenus stables. Le titre ZFS dispose aussi d'un potentiel de rattrapage.