Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Image d'illustration.
© FEDERICO PARRA/AFP

Amérique latine

Au Venezuela, le bolivar plonge de 86,6% 

Les résultats d’une vente aux enchères de devises organisée par la Banque centrale ont révélé lundi que le bolivar, la monnaie du Venezuela, avait subi une chute spectaculaire

Le bolivar vénézuélien a plongé en cinq mois de 86,6% face à l’euro, a révélé une vente aux enchères de devises organisée par la Banque centrale du Venezuela (BCV) et dont les résultats ont été annoncés le lundi 5 février.

Selon un communiqué de la BCV, la monnaie européenne s’échangeait 30 987,5 bolivars, contre 4146,13 unités en août, dernier taux connu au Venezuela, pays où les indicateurs officiels font défaut.

Lire aussi: Le Venezuela convoque une présidentielle anticipée

La vente aux enchères ne comprenait pas de dollars à cause des sanctions financières des Etats-Unis qui, selon Caracas, compliquent les transactions internationales avec cette devise.

Contrôle strict des devises

Dans ce pays dont l’économie ultra-dépendante au pétrole s’est effondrée avec la chute des cours, le gouvernement socialiste applique depuis 2003 un strict contrôle des devises et des changes, distribuant les dollars au compte-gouttes.

Le montant total de cette opération, ouverte au secteur privé, n’a pas été communiqué. Ce système de vente aux enchères de devises a pour but, d’après le gouvernement, de contrer le marché noir, où le billet vert s’écoule actuellement à 227 901 bolivars l’unité, selon le site de référence dolartoday.com, ce que Nicolas Maduro attribue à la «guerre économique» de l’opposition et des Etats-Unis pour précipiter sa chute.

La pénurie de médicaments et d’aliments se conjugue à une inflation hors de contrôle, attendue à 13 000% en 2018, selon les dernières prévisions du FMI.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)