Au 1er juin, les Vénitiens se voyaient sauvés du tourisme de masse étouffant la Sérénissime depuis des décennies. Les autorités leur avaient promis de révolutionner leur politique touristique. Peu avant le début de l’été, elles devaient introduire une nouvelle taxe d’entrée dans le but de limiter l’accès à la ville et aux îles mineures de la lagune. Les habitants auraient pu, enfin, se réapproprier leur cité. Ils n’auraient plus souffert des désagréments créés par les dizaines de millions de visiteurs annuels. Mais ils ont perdu espoir lorsqu’ils ont appris que la mesure avait été repoussée d’un mois, avant que le Conseil communal ne prenne la décision radicale le 12 mai dernier de renvoyer l’introduction de la «contribution d’accès» à janvier 2023.