Apple a dépassé les attentes mercredi avec des résultats trimestriels supérieurs aux attentes grâce à de bonnes ventes d’iPhone. Le groupe informatique américain a aussi annoncé une hausse de son programme de rachat d’actions et la scission de son action, à hauteur de sept pour une.

Lors des trois mois achevés à la fin de mars, qui correspondent au deuxième trimestre de son exercice décalé, la marque à la pomme a écoulé 43,71 millions d’iPhone. Ce sont six millions de plus qu’à la même période il y a un an et davantage que les 38,2 millions auxquels s’attendaient les analystes financiers.

Le groupe californien doit cette performance à son partenariat avec le plus gros opérateur de télécommunications chinois, China Mobile, qui a commencé à vendre sa gamme de smartphones en janvier. Il y a, d’ailleurs, enregistré ses meilleures ventes trimestrielles d’iPhone. «L’ajout de China Mobile, couplé à une forte demande pour les iPhone 4 aux prix plus attractifs, a mené à un record de ventes en Chine», s’est réjoui le directeur général Tim Cook.

iPad en baisse

Devancé dans ce créneau très concurrentiel par le sud-coréen Samsung, Apple affirme avoir repris un peu de terrain perdu dans le BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), en France, Allemagne, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Le groupe n’a cependant pas donné de chiffres détaillés.

Il a en revanche vendu 3 millions d’iPad en moins dans le monde qu’au deuxième trimestre 2013, à 16,35 millions d’unités.

Le groupe informatique a réussi à éviter sa première baisse des ventes depuis 11 ans, qu’anticipait le marché. Le chiffre d’affaires s’élève à 45,64 milliards de dollars, en hausse de 4,7% sur un an. Le groupe table sur des ventes de 36 à 38 milliards de revenus pour les trois prochains mois, une fourchette conforme aux attentes du marché.

Le bénéfice net s’établit à 10,2 milliards de dollars (9 milliards de francs/7,1%), soit un résultat hors éléments exceptionnels, référence pour les investisseurs américains, de 11,62 dollars, supérieur de 1,44 dollar aux anticipations du marché.

Actionnaires récompensés

A défaut de séduire les investisseurs, qu’il a habitués pendant une décennie à des bénéfices et ventes stratosphériques, Apple a sorti de sa poche mercredi d’autres baguettes magiques.

Non seulement le groupe a augmenté de 8% le dividende trimestriel, mais il a également décidé d’augmenter de 30 milliards de dollars, à 90 milliards, son programme de rachat d’actions, une façon de partager avec ses actionnaires son gros trésor de guerre (159 milliards de dollars).

L’effet ne s’est pas fait attendre. Le milliardaire et investisseur activiste Carl Icahn, l’un des premiers pourfendeurs de la direction, s’est dit «satisfait». «Nous serons aussi heureux quand nous verrons de nouveaux produits», a-t-il ajouté sur son compte Twitter.

Le groupe informatique a par ailleurs annoncé qu’il allait diviser par sept son action, qui fut longtemps l’une des plus chères à Wall Street. Le but de «cette scission vise à rendre le titre accessible aux petits investisseurs», a plaidé M. Cook. Les nouvelles actions commenceront à coter à partir du 9 juin prochain.

Après avoir été momentanément suspendue, l’action bondissait de 7,5% à 564,10 dollars vers 23h15 dans les échanges électroniques à la bourse de New York.