Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Nestlé fait partie des cinq sociétés suisses qui figurent au top 50 des principales sociétés étrangères en Russie.
© KEYSTONE / Gaetan Bally

Investissements

Ventes en hausse pour les grandes sociétés suisses en Russie

Cinq sociétés suisses figurent au top 50 des principales sociétés étrangères en Russie. Leur secret: avoir su localiser leur production à temps

Les grandes sociétés suisses se portent plutôt bien sur le marché russe, en dépit de la grave crise qui y sévit. C’est ce qui apparaît dans le classement des 50 premières sociétés étrangères pour 2015, publié vendredi et réalisé par la version russe du magazine Forbes. Les cinq sociétés suisses qui se sont fait une place dans le classement affichent une solide croissance de leur chiffre d’affaires.

Trois d’entre elles ne sont suisses que par la présence de leur siège social sur le territoire helvétique (Japan Tobacco International, Philip Morris, Coca-Cola Hellenic Bottling) et deux sont «natives» (Nestlé et Glencore). JTI se classe cinquième groupe étranger en Russie avec un chiffre d’affaires de 222 milliards d’euros (3,5 milliards de francs) et une croissance de 13% par rapport à 2014. Le marché russe représente 28% du chiffre d’affaires global du fabricant de cigarettes. Philip Morris est juste derrière avec 3 milliards de chiffre d’affaires.

Ventes en croissance pour Nestlé

Nestlé se classe en 19e position avec des ventes de 1,5 milliard de francs, en progression de 13%. Forbes avance que Nestlé aurait déjà réalisé un chiffre d’affaires de 1,8 milliard de francs rien que sur le premier semestre 2016. Contacté par Le Temps, Nestlé annonce pour 2015 un résultat supérieur, avec 120 milliards de roubles (1,6 milliard de francs) et une croissance des 18,3% des ventes.

La directrice des relations publiques de Nestlé Russia Elena Yakunina indique «pour l’instant, tout va bien» en 2016, confirme les chiffres de Forbes, calculés selon les normes de comptabilités russes, tandis que Nestlé communique des chiffres basés sur les standards internationaux. Nestlé est le plus gros investisseur suisse en Russie avec 1,85 milliard de dollars investis depuis 1996. Le géant alimentaire poursuit ses investissements dans le pays avec environ 53,3 millions de francs en 2015.

Glencore, qui possède 46% du groupe pétrolier Russneft, a réalisé un chiffre d’affaires de 60 millions de francs en 2015, soit une croissance de 19% par rapport à l’année précédente. Glencore est l’un des principaux négociants du pétrole et des céréales russes. Contactées, les grandes sociétés suisses sont réticentes à donner des résultats séparés pour la Russie. Depuis vingt ans, les sociétés suisses ont investi un total de 15 milliards de francs, d’après la Banque nationale suisse.

Novartis absent

Curieusement, Novartis, supposé leader du secteur pharmaceutique parmi les groupes étrangers, ne figure pas dans le classement de Forbes, alors que ses rivaux Sanofi et Johnson & Johnson apparaissent en 38e et 39e positions. Contactée, la directrice de la communication d’entreprise pour la Russie Maria Alexandrova confirme que Novartis se place toujours «parmi les trois premiers groupes pharmaceutiques étrangers en Russie», sans donner de détails financiers.

Novartis a inauguré l’année dernière sa première usine russe à Saint-Pétersbourg, dont la production sera écoulée sur le marché «au début de l’année prochaine, une fois que nous aurons obtenu les certifications nécessaires», indique Maria Alexandrova.


A lire: Privatisations en trompe l’œil à Moscou

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)