Le mois de juin aura été marqué par un record des ventes des véhicules neufs en Suisse. Près de 40 000 ont trouvé preneur en quatre semaines, soit 42% de plus qu’il y a un an. Des immatriculations de précaution avant le 1er juillet, date d’entrée en vigueur des nouvelles normes sur les émissions de CO2? C’est ce que soutient Max Nötzli, président de l’association des importateurs Auto-suisse, qui s’attend à des ventes de véhicules neufs «beaucoup moins spectaculaires» ces prochains mois. Il n’en reste pas moins que les ventes ont également tourné à plein sur les six premiers mois de 2012, affichant une progression de 12%.

Quels sont ces nouveaux équipements qui attirent les Suisses dans les concessions? Bien souvent une traction intégrale, qui équipe maintenant un véhicule sur trois, proportion qui a doublé en dix ans. Et un moteur diesel, dont les ventes ont augmenté de 25% en un an. Aujourd’hui, un gros tiers des voitures brûlent du gasoil.

Les SUV à l’européenne

Combinées, ces deux caractéristiques expliquent le succès des «4x4 compacts». Quelle est la VW la plus vendue après l’incontournable Golf? Le petit «quatre-quatre» Tiguan. Même situation chez Ford ou les deuxièmes ventes – derrière la Fiesta – sont trustées par le Kuga. Les Nissan, BMW et Volvo les plus populaires? Les Qashqai, X3 et XC60; autres SUV à l’européenne.

En dépit des nouvelles règles sur le CO2, les véhicules verts restent cantonnés au rôle de sympathiques figurants. En un an, les modèles hybrides ou électriques – deux véhicules écoulés sur cent – ont vu leurs ventes progresser de seulement 2,3%. Difficile de parler d’engouement.

Encore moins de groupe de pression. Cette année, le petit club des aficionados de l’hybride a acheté un total de 473 véhicules de ce type chez Honda, Toyota et Opel. Marginal, ce volume d’achat équivaut à celui des Corvette, Camaro, Mustang et Challenger acquises par les fétichistes du bon vieux V8 américain. Ou à celui des inconditionnels des Jeep Grand Cherokee.