Scène surprenante dans une salle de conférences du Palais des congrès de Davos, lors du premier jour du Forum économique mondial (WEF): «Qui pense que la globalisation est en recul?» A l’exception de trois ou quatre personnes, toutes les mains se lèvent. A côté d’une possible récession en fin d’année, la thématique a été omniprésente durant les quatre jours du WEF. Il faut dire que l’événement qui rassemble depuis cinquante ans dans la station grisonne l’élite politico-économique mondiale est perçu depuis trente ans comme le symbole d’un mouvement controversé. Il fut l’objet au début des années 2000 d’un fort courant de contestation altermondialiste, mettant les forces de l’ordre suisses sur le qui-vive. Mais l’essor de cette économie mondialisée est-il vraiment terminé? L’analyse des indicateurs livre un tableau beaucoup plus nuancé. Petit tour de piste.