Etats-Unis

Vers la fin du téléchargement de musique avec la disparition d'iTunes

Trop complexe et dépassé, iTunes, le logiciel de téléchargement et de gestion de contenus numériques lancé en 2001, va disparaître au profit de trois nouvelles applications privilégiant le streaming

La rumeur enflait depuis la suppression de l’ensemble des contenus des comptes Facebook et Instagram d’iTunes. Sa disparition a été annoncée ce lundi lors de l’ouverture de la grand messe annuelle de la marque à la pomme, la conférence annuelle des développeurs (WWDC) à San José en Californie. Le logiciel de téléchargement et de gestion de contenus numériques avait été lancé en janvier 2001. Via l’iTunes store il permettait l’achat de fichiers musicaux, mais aussi, depuis 2005, de podcasts et de vidéos.

L’ensemble du service ne devrait pas disparaître en soi mais sera divisé en trois applications qui arriveront avec le nouveau macOS Catalina cet automne. Apple Music pour l’écoute de musique en streaming, Apple TV pour la vidéo et Apple Podcasts. Apple TV permettra également de regarder des contenus en 4K pour la première fois sur Mac. Cette annonce signe surtout la fin de l’iTunes store et d’un modèle, celui du téléchargement payant. 

Lire aussi: Vidéo, paiement, information: Apple attaque tous azimuts

Le téléchargement ringardisé par le streaming

L’avènement des plateformes de streaming musicales comme Spotify ou Deezer, et de vidéo comme Netflix, ont rendu l’achat de contenus immatériels obsolète. Pour l’utilisateur, le paiement d’un abonnement pour accéder à une bibliothèque de références est plus rentable qu’un achat à l’unité. Spotify a également commencé à étoffer ses services en proposant également du podcast poussant Apple à réagir.

Une actualité de ce mardi 4 juin, qui peut aussi concerner Apple: Google et Facebook sont sous enquête pour monopoles, leurs actions chutent

Le modèle de streaming, en pleine croissance, est en train de devenir la principale source de revenus de l’industrie musicale. En Suisse, l’écoute de musique en streaming  a rapporté quasiment 98 millions de francs en 2018, contre 31,3 millions pour le téléchargement selon le groupe national de l’International federation of the phonographic industry. Ce dernier n’a jamais réussi à dépasser les ventes physiques, pourtant en baisse constante depuis l’an 2000, qui se sont établies à 39,1 millions de francs en 2018.

Spotify attaquée

En 2015, Apple avait lancé son application destinée à l’écoute de musique à la demande. Avec 50 millions de morceaux disponibles, l’objectif était de concurrencer Spotify. Sur ordinateur, elle était accessible via iTunes. Les contenus téléchargés précédemment par les utilisateurs d'iTunes resteront disponible sur les trois nouvelles applications. 

Publicité