Pétrole

Vers un baril à 60 dollars

Les pays de l’OPEP coupent leur production pour faire monter les cours, après avoir défendu leurs parts de marché depuis mi-2014

Les pays membres de l’organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) ont trouvé un accord mercredi pour abaisser leur production de 1,2 million de barils par jour (b/j). Après ce premier recul depuis 2008, leur offre atteindra à 32,5 millions de b/j dès le début 2017. Mercredi, alors qu’un accord devenait très probable, les cours du brut ont bondi de près de 8% sur les marchés mondiaux, pour approcher 49 dollars pour le WTI et dépasser 50 dollars pour le Brent. Le baril ne devrait cependant pas aller plus haut que 60 dollars dans les six prochains mois, estime Erasmo Rodriguez, analyste spécialisé dans le pétrole à L’Union Bancaire Privée (UBP).

Pourquoi? Car l’accord officialisé mercredi en fin de journée constitue la troisième phase d’une stratégie lancée en juin 2014. Alors que le Brent approchait 115 dollars le baril, «l’OPEP a décidé d’abandonner sa politique de soutien des cours afin de défendre ses parts de marché», rappelle Erasmo Rodriguez. En clair, les 14 membres de l’OPEP se remettent à pomper, provoquant un excès d’offre et, mécaniquement, un effondrement des prix. Les pays producteurs qui ont besoin de cours plus élevés pour rentrer dans leurs frais sont progressivement exclus du marché.

Concurrents écartés

A la tête de 81% des réserves mondiales de brut et responsable de 35 à 37% de la production globale, l’OPEP peut diriger l’évolution des prix du baril, car ses membres bénéficient de coûts de production les moins élevés. Conséquence de cette stratégie, les investissements baissent drastiquement dans l’industrie pétrolière, de près de 40% en 2015, puis encore de 30% cette année. «La production non-OPEP s’effondre littéralement, perdant près d’un million de barils par jour», précise le spécialiste. L’OPEP a atteint son objectif d’écarter ses concurrents.

Changement de régime au printemps 2016. Le cartel augmente à nouveau sa production, de l’ordre de 1,2 million de barils/jour. L’offre mondiale de brut repart, alors que la demande reste stable. L’excédent de pétrole, qui atteignait 2,3 millions de b/j en début d’année, maintient une pression baissière sur les prix. «Plusieurs membres de l’Opep produisent à des niveaux records, poursuit Erasmo Rodriguez. L’Arabie saoudite atteint 10,6 millions de barils par jour, un niveau inédit depuis les années 1980. L’Irak a fortement augmenté sa production, à 4,6 millions de barils, l’Iran également.»

Aucun intérêt à retrouver 80 dollars

Depuis le deuxième trimestre 2016, l’excédent se réduit néanmoins brutalement sur les marchés, suite à la disparition des producteurs à coûts élevés. L’excès de brut devrait se situer entre 800 000 et 900 000 b/j en cette fin d’année 2016, selon l’analyste de l’UBP: «Avec la coupe de 1,2 million de barils décidée mercredi, le marché devrait se retrouver en situation de déficit, en supposant que la demande ne s’effondre pas ou n’augmente pas durant l’hiver.»

Cette troisième étape de la stratégie de l’OPEP devrait provoquer une croissance progressive du prix du brut, mais pas spectaculaire comme elle le fut dans les années 2012 – 2014. «Tout laisse à penser que le baril à 40-45 dollars est derrière nous, mais au-delà de 60-80 dollars, des producteurs à coûts élevés pourraient revenir sur le marché», conclut Erasmo Rodriguez. Des concurrents que l’OPEP a tout fait pour écarter depuis plus de deux ans.

Publicité