Les résultats des 24 banques cantonales au premier semestre affichent un bénéfice brut en progression de 17% à 1,7 milliard de francs (voir tableau). Mais ce sont des chiffres globaux sans qu'on puisse en déterminer la provenance, banque par banque. En effet, c'est aujourd'hui que la Banque Cantonale de Genève (BCGe) dévoile ses résultats et le 7 septembre prochain, ce sera au tour de la Banque Cantonale du Valais. «Nous avons collecté les données des 24 banques, explique Carlo Mati, directeur de l'Union des Banques Cantonales Suisses (UBCS). Mais nous ne pouvons pas donner de chiffres de manière individuelle avant qu'ils ne soient publiés par chaque établissement.» Du coup, difficile de savoir de combien la BCGe plombe ce bon résultat général et dans quelle mesure la Banque Cantonale du Valais participe au bénéfice brut. L'état de santé de la BCGe n'a pas été commenté officiellement par les représentants de l'UBCS. Toutefois, Carlo Mati a précisé, en marge de la présentation, qu'à Genève «il reste encore des questions à régler, même si de bonnes décisions ont déjà été prises». Selon nos informations, un prêt consortial de 500 millions devrait être accordé début septembre à la BCGe pour pallier à ses difficultés de liquidité et, selon toutes vraisemblances, la banque chef de file chargée de gérer ce crédit serait la Banque Cantonale Vaudoise. Si le principe du prêt est acquis auprès de l'UBCS, reste encore à savoir à quel nom il sera libellé: à l'Etat ou à la banque. De son côté, Paul Hasenfratz, vice-président de l'UBCS et président de la direction générale de la Banque Cantonale de Zurich, a confirmé que toutes les lignes de crédit accordées par son établissement des bords de la Limmat restaient ouvertes en faveur de la BCGe et «que les montants n'étaient pas à négliger», sans toutefois qu'il articule un chiffre.

Contre la Banque Postale

Dans sa présentation officielle, l'UBCS est surtout montée au créneau pour s'opposer à la création de la Banque Postale, projet présenté en juin par le Conseil fédéral. «Nous n'avons pas besoin d'une banque de détail supplémentaire», a réaffirmé Carlo Mati. L'UBCS craint un subventionnement indirect de la Banque Postale. «Il faut examiner ce projet sous l'angle de la constitutionnalité», a encore souligné Carlo Mati. Les activités financières de La Poste ne cessent de se multiplier en l'absence de véritable base légale et sans qu'elle ne soit soumise aux mêmes règles que les banques. L'UBCS estime que le projet est encore trop flou pour lui donner une appréciation définitive. Elle s'interroge sur la forme qu'elle prendra: une banque classique active dans le retail banking et disposant d'un réseau conventionnel ou une banque en ligne. L'association espère obtenir plus d'éclaircissement «au plus tard cet automne» quand les propositions de modification de la loi seront présentées.

Kurt Amsler, le président de l'UBCS, a en outre confirmé que l'Union des Banques Canontales Suisses, en collaboration avec Silicon Graphics, participera à Expo 02. Le budget sera de 6 millions de francs dans le cadre du projet «Territoire imaginaire». «La mise au concours débutera ces prochaines semaines», a-t-il précisé. Les meilleurs projets seront présentés en mai 2002 sur l'Arteplage de Bienne.