L'ouverture du Salon mondial de Bâle laisse apparaître, par les changements annoncés d'ici à 2003, quelques évolutions potentielles. L'échéance 2002 est notamment présente dans tous les esprits: à cet horizon, Bâle et le SIHH de Genève ne pourront plus s'enchaîner comme ce fut le cas au cours des dernières années. L'agenda va séparer les deux manifestations de trois semaines environ, un délai impliquant un choix pour la clientèle zappant de l'une à l'autre.

Quelques médias évoquent la possibilité que le SIHH se tienne en janvier déjà. Ce cas de figure permettrait à la clientèle du monde entier de faire le voyage à deux reprises dans des délais acceptables. En outre Bulgari, Franck Muller, Philippe Charriol et quelques autres horlogers isolés qui se sont profilés dans le sillage du SIHH devraient revoir leur calendrier pour se rapprocher de l'un ou de l'autre, voire s'y intégrer. Enfin, il serait parfaitement logique que Jaeger-LeCoultre, IWC et Lange & Söhne soient présents à Genève dès l'an prochain. La perspective a été clairement évoquée mercredi. Dans ce droit fil, la rumeur court que Montblanc et Dunhill pourraient, de leur côté, emprunter le chemin inverse.

Les cas des Salons de Bâle et de Genève ne sont que le reflet de la très rapide recomposition du paysage et des acteurs horlogers. Sachant que ce processus n'est pas arrivé à son terme, on ne saurait totalement exclure de nouvelles évolutions.