Tous les mois de janvier, il est de bon ton de tenter de prédire l’avenir en se posant la question de ce que la nouvelle année nous réserve. Et, bien souvent, ces prévisions se révèlent fausses et doivent être considérablement revues par la suite. Le meilleur exemple de cette tendance est celui du journaliste James Glassman qui avait publié son livre Dow 36 000 (alors qu’il était en dessous de 12 000 à la date de publication) juste à l’aube de l’explosion de la bulle internet et du bear market de 2001-2002 et qui a ainsi, comme beaucoup d’autres, largement servi d’indicateur contraire.