Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Des pièces de bœuf brésilien bloquées par le gouvernement chilien, le 22 mars. /REUTERS
© STRINGER

Brésil

Viande avariée: deux sociétés interdites d’importation au Pérou

Une vingtaine de pays ont bloqué partiellement ou totalement cette semaine l’entrée de la viande brésilienne. Les restrictions du Pérou sont un nouveau coup dur pour le secteur

Le Pérou a suspendu l’importation de produits avicoles de deux sociétés brésiliennes impliquées dans le scandale de viandes avariées qui touche le Brésil, a indiqué jeudi le Service national de la santé agricole (Senasa).

«Nous sommes en train d’annuler les autorisations de deux entreprises brésiliennes d’exporter des produits avicoles au Pérou», a déclaré à la radio RPP Miguel Quevedo, directeur du département santé animale de la Senasa.

Lire aussi: La viande brésilienne sous le coup d’un embargo

«De toutes les sociétés brésiliennes impliquées dans ce scandale, seulement deux – Frango et Seara Alimentos – sont autorisées à exporter dans notre pays», a expliqué Miguel Quevedo.

Ce responsable a cependant précisé que ces deux entreprises n’ont exporté vers le Pérou ni l’an dernier ni l’année précédente.

Une affaire relativisée par le gouvernement brésilien

Une vingtaine de pays ont fermé partiellement ou totalement cette semaine leurs portes à la viande brésilienne, un rude coup pour un secteur qui a rapporté plus de 13 milliards de dollars à l’économie du géant sud-américain en 2016.

La police brésilienne avait révélé le 17 mars que de gros exportateurs de viande avaient versé des pots-de-vin à des inspecteurs des services d’hygiène du Ministère de l’agriculture pour certifier de la viande avariée comme étant propre à la consommation.

Lire aussi: Importation de viande brésilienne: la Suisse prend des mesures

Le gouvernement brésilien n’a cessé ces derniers jours de relativiser l’ampleur du problème, rappelant notamment que le pays dispose de plus de 4000 usines de transformation de viande et que seules 21 d’entre elles ont été incriminées.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)