La faillite de Lehman Brothers ne finit pas de provoquer des remous. Credit Suisse, qui a distribué en Suisse des produits à capital garanti émis par la banque américaine, est aujourd'hui placé sous le feu des critiques. Au point que deux associations spécifiques se sont constituées en Suisse alémanique pour défendre les intérêts des investisseurs individuels ayant perdu de l'argent chez Credit Suisse suite à la débâcle de la banque new-yorkaise.

Deux plateformes d'aide

La première, qui se présente sur le site http://www.anlage-opfer.ch, propose aux clients lésés dans le cadre de la faillite de Lehman de s'associer pour constituer une sorte de pot commun juridique. L'idée étant de permettre à des petits investisseurs de pouvoir évaluer leurs chances d'obtenir un dédommagement ultérieur sans avoir à engager trop de moyens. Constituée en association, cette plateforme exige une cotisation annuelle de 100 francs.

Sur son site http://www.anleger-selbsthilfe.ch, la seconde association, gratuite elle, se montre la plus virulente envers Credit Suisse. Elle reproche au numéro deux bancaire helvétique de ne pas avoir informé correctement ses clients à propos des risques encourus lorsqu'ils ont souscrit aux produits à capital garanti émis par Lehman. Et de présenter, sous forme anonyme, plusieurs exemples concrets de clients de Credit Suisse qui ont subi des dommages se chiffrant entre 20 000 à 200 000 francs en Suisse alémanique.

Les cas qui lui ont été adressés présentent régulièrement les mêmes caractéristiques, observe l'association. Ainsi, les produits de Lehman ont été vendus à des épargnants moyennement fortunés qui ne cherchaient nullement à encourir des risques avec leurs placements. Le fait qu'il incombait à Lehman de garantir les montants investis ne figurait toujours qu'en petits caractères. Surtout, l'association reproche à Credit Suisse de proposer de dédommager certains de ses clients dans le seul but d'éviter une plainte risquant de mettre en cause ses pratiques de vente.

Dédommagements limités

De son côté, la banque juge cette série de reproches infondés. «Credit Suisse a pris la décision de rembourser certains de ses clients concernés par la faillite de Lehman, alors que la banque n'y était pas obligée d'un point de vue juridique», souligne Jean-Paul Darbellay, porte-parole chez Credit Suisse. La banque propose de racheter les produits à capital garanti émis par Lehman à deux conditions: la fortune placée chez Credit Suisse ne doit pas dépasser 500 000 francs et le montant investi dans ces instruments doit représenter plus de 50% de l'avoir du client (LT du 26.09.08).

Que peuvent espérer les autres clients? «Tous les cas seront examinés. Il est possible que Credit Suisse fasse preuve d'une interprétation plus flexible pour les personnes qui se situent à la limite des conditions fixées. Toutefois, les décisions seront prises en fonction de chaque situation individuelle», indique le porte-parole.