Technologie

Vidéo, paiement, information: Apple attaque tous azimuts

Le service Apple TV + sera lancé cet automne dans 100 pays. On ne connaît pas le prix de ce nouveau concurrent de Netflix

Services, services, services… Lundi soir, depuis son siège de Cupertino (Californie), Apple a lancé une offensive sans précédent dans le domaine des services. En l’espace d’une heure, la multinationale dirigée par Tim Cook a annoncé, comme attendu, le lancement d’un nouveau service vidéo, baptisée Apple TV +. La société a aussi affiché ses ambitions dans le domaine de l’information, en lançant un kiosque virtuel, et surtout de la finance, avec le lancement d’une carte de crédit tant physique que virtuelle.

Comme pressenti, Tim Cook a convié sur scène une vaste palette de stars du petit et du grand écran sur scène, de Reese Witherspoon à Jennifer Aniston, en passant par Steven Spielberg et Oprah Winfrey. Beaucoup de stars, mais au final peu de détails sur Apple TV +, disponible cet automne dans plus de 100 pays. On ne connaît en effet pas le prix de ce service vidéo, futur concurrent de Netflix, qui sera dépourvu de publicité.

Lire aussi: La guerre des séries en ligne commence

Premiers contenus

Mais on connaît déjà certains contenus. Reese Witherspoon, Jennifer Aniston et Steve Carrell ont présenté leur «The Morning Show», Jason Momoa et Alfred Woodard ont dévoilé «See» alors que Steven Spielberg a annoncé le remake de sa série «Amazing Stories». Quant à Oprah Winfrey, elle œuvre en ce moment sur deux documentaires, un sur le harcèlement sexuel au travail, et un autre sur la santé mentale.

La multinationale a également annoncé que son application Apple TV sera disponible sur Mac à l’automne mais aussi sur tous les téléviseurs intelligents, notamment de Samsung et LG. Apple a sans doute estimé que son propre boîtier Apple TV ne lui assurait pas une couverture suffisante et a décidé de s’inviter parmi les téléviseurs connectés les plus populaires.

Nouvelle carte de crédit

Toujours sur le marché des services, Apple a annoncé le lancement de sa propre carte de crédit. L’Apple Card aura deux faces. Une carte physique, en titane, au design épuré. Elle sera surtout présente dans le service Wallet de la société, et donc dans les iPhone. Apple promet que sa carte, lancée en partenariat avec la banque Goldman Sachs et MasterCard (peu de détails ont filtré sur la nature de ce partenariat a priori contre nature), sera disponible sans frais: pas de frais lors de dépassements, pas de frais lors de paiements en retard, pas de frais annuels.

La carte sera disponible dès cet été sur le marché américain. Un lancement en Europe n’a pas encore été évoqué. Apple, qui veut se présenter comme le défenseur de la vie privée, assure qu’il ne saura rien des achats effectués via sa carte de crédit. La carte devrait être acceptée partout sur la planète, assure Apple.

Percée dans les nouvelles

Autre domaine dans lequel Apple veut se rendre indispensable: l’information. La société a lancé un service d’abonnement presse baptisé News+ aux Etats-Unis et au Canada, avant qu’il ne soit étendu en Europe d’ici à quelques mois. Pour 9,99 dollars par mois, il est ainsi possible, en Amérique du Nord, de consulter plus de 300 quotidiens et magazines sur iPhone ou iPad. Parmi les titres présents dans le catalogue se trouvent Marie-Claire ou National Geographic et les quotidiens américains Los Angeles Times et Wall Street Journal.

Autant de lancements qui doivent doper le chiffre d’affaires de la division «Services» d’Apple, dont les revenus avait déjà progressé de 19% lors du dernier trimestre, à 11 milliards de dollars sur un total de 84,3 milliards.

Publicité