Ces derniers mois, Peter Myers s’est mis à redouter l’arrivée de la prochaine facture d’électricité et de gaz. «Leur montant a pratiquement doublé, alors qu’il s’agissait déjà de l’un de nos postes budgétaires les plus onéreux», raconte ce gérant de pubs de 56 ans qui possède dix établissements à travers Londres. «Pour un pub comme celui-ci, poursuit-il en montrant la façade de briques rouges du Red Lion situé sur une rue passante de Stoke Newington, quartier résidentiel du nord-est de la capitale britannique, nous devons désormais débourser 36 000 livres par an [près de 40 000 francs, ndlr], contre 19 000 livres il y a douze mois.»