Promotion

La ville de Genève espère aussi marquer des points dans le Golfe

Guillaume Barazzone va à son tour conduire une délégation à Abu Dhabi, la semaine prochaine. Le canton s’était déjà rendu aux Emirats arabes unis en mai dernier. Au programme de cette nouvelle mission de séduction: tourisme, santé, recherche et mobilité durable

Genève fait son retour dans le Golfe. Via une deuxième opération d’influence, pilotée cette fois-ci par la Ville. La municipalité s’est en effet donné pour mission de poursuivre, la semaine prochaine, le parcours promotionnel du Conseil d’Etat initié fin mai dernier. Parmi les émissaires de cette visite officielle «bis»: des envoyés de l’Université (UNIGE), des Hôpitaux universitaires (HUG) et des cliniques du bout du lac, ainsi que des hôteliers escortés de représentants d’ABB Sécheron.

Lire aussi:  Genève veut séduire les Emirats arabes unis

La délégation d’une dizaine de personnes triées sur le volet sera conduite par le maire de Genève, Guillaume Barazzone, d’entente avec le canton et grâce à l’entremise du Département fédéral des affaires étrangères. Objectifs: faire un suivi des dossiers lancés voilà bientôt six mois, consolider les liens déjà établis et, si possible, nouer de nouvelles relations. «Les autorités émiraties avaient émis le souhait d’obtenir de Genève des conseils en matière de formation de la police. Mais aussi, et cela fera davantage partie du volet que je m’apprête à traiter sur place, des suggestions pour améliorer leurs services d’incendie et de secours», indique Guillaume Barazzone.

Piqûre de rappel

L’élu PDC s’est également donné pour tâche de promouvoir la mobilité du futur, version Cité de Calvin. Plus précisément, vanter les mérites de Tosa (pour «Trolleybus Optimisation Système Alimentation»), le dernier fleuron issu des usines d’ABB Sécheron à Meyrin. La technologie équipant les bus électriques dont les batteries se rechargent à l’arrêt – système dit du «biberonnage» – qui doit à terme venir compléter la flotte des Transports publics genevois dans le cadre d’un contrat de 27,6 millions de francs signé au printemps dernier.

«Il s’agira de réexpliquer aux dirigeants du Golfe les avantages de cette innovation pour le développement de leurs nouvelles villes», résume Guillaume Barazzone. Et ce dernier de manifester une confiance en sa capacité à ouvrir, un peu plus grand, les portes des décideurs d’Abu Dhabi: «Le statut de maire est reconnu à l’étranger. Il jouit d’une excellente image.»

Passage de flambeau

Font partie de cette deuxième expédition moyen-orientale: les HUG, concernés par des opportunités de stages dans la région. Mais aussi l’UNIGE, qui cherche à nouer un réseau académique avec des facultés locales. A l’instar de ce qu’a accompli l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne en 2009, via sa succursale de Ras-al-Khaïmah.

Lire également:  Comment la Suisse mise sur les blogueuses influentes du Golfe

«Le Golfe fait fonctionner l’économie genevoise», rappelle l’unique élu de droite au Conseil administratif de la ville de Genève. La clientèle moyen-orientale vient chaque été remplir les établissements étoilés du bout du lac. Mais aussi les caisses publiques cantonales et municipales, via les rentrées fiscales générées par leur villégiature saisonnière. Raison pour laquelle l’industrie hôtelière est à nouveau partie prenante de cette mission, via ses ambassadeurs. Idem en ce qui concerne la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, représentée par l’un de ses responsables. «Ce voyage, qui a fait l’objet d’échanges d’informations avec le Conseil d’Etat, vient en complément de celui effectué par le ministre Pierre Maudet il y a quelques mois», conclut Guillaume Barazzone.

Publicité