Entre-Temps...

Les villes vont-elles submerger les Etats?

CHRONIQUE. Les agglomérations créent et concentrent les richesses, mais elles sont également des gouffres financiers qui drainent l’argent et la main-d’œuvre de la périphérie

Le poids des villes dans les Etats est devenu considérable. Elles accaparent toute l’attention économique et politique des dirigeants. Selon McKinsey, les 600 plus grandes villes créent déjà près de 60% du produit intérieur brut (PIB) mondial. En Suisse, 172 villes abritent 84% de la population, dont la moitié dans les cinq plus grandes agglomérations. Les villes sont-elles en train de déstabiliser la gestion des Etats?

Les villes attirent la création de richesse. D’après le cabinet PwC, Tokyo compte 26,8% de la population japonaise mais crée 34% du PIB, Londres 20,3% de la population et 25,4% du PIB, Paris 16,2% de la population et 26,5% du PIB. Aux Etats-Unis, 90% du PIB se fait dans 10% des comtés (des divisions administratives des Etats – il y en a 3142), essentiellement dans les villes. La concentration est encore plus marquée dans les pays en développement. Buenos Aires, par exemple, compte 32,5% de la population argentine et crée 63,2% du PIB.

La précédente chronique: Un gigantesque poker menteur

Les gouvernements se concentrent donc sur la gestion des villes. De plus, les maires des villes sont souvent devenus des forces politiques incontournables et ont créé des réseaux internationaux puissants. Dans bien des cas, comme pour les politiques de l’environnement, ils se sentent libres de prendre le contre-pied de l’état central. Les villes consomment les deux tiers de l’énergie et sont responsables de 70% des émissions de gaz à effet de serre.

Les grandes agglomérations sont-elles encore gérables? Dans les 20 plus grandes agglomérations du monde, seules Tokyo, New York, Los Angeles et Osaka sont dans des pays industrialisés. Pour le reste, Bombay, Delhi, Dhaka, Mexico, São Paulo, Lagos et Jakarta ont toutes plus de 20 millions d’habitants. Y traverser une rue à pied relève de l’exploit insensé. Savoir ce qui s’y passe est un mystère que bien des gouvernements n’essaient même plus d’élucider. Le Brésil et le Mexique compte 29 des 50 villes où le nombre d’homicides par habitant est le plus grand.

L’émergence des méga-régions

De plus, les villes sont elles-mêmes englouties dans des méga-régions. Le nouveau pont qui relie désormais Hongkong à Macao (55 km de long) renforce le développement économique fulgurant d’une nouvelle méga-région: le delta de la rivière Pearl qui réunit 120 millions de personnes et un PIB comparable à celui de la Corée du Sud! En 2030, quarante méga-régions constitueront les deux tiers du PIB mondial et développeront 80% des technologies.

Or ces agglomérations sont souvent des gouffres financiers qui drainent l’argent et la main-d’œuvre de la périphérie. Les coûts d’infrastructures explosent et ponctionnent les ressources fiscales. Les transferts financiers, comme la péréquation de la périphérie ou du gouvernement central vers les villes, ne suffisent plus à alimenter le budget des villes. La périphérie paie et les agglomérations consomment. C’est le ressenti de beaucoup.

Car les campagnes ont connu leur grande révolution: l’éducation supérieure. Fini le temps où les villes concentraient l’élite bien formée et laissaient les tâches subalternes de peu de valeur ajoutée à la périphérie. Les nouvelles ambitions sociétales – développement durable, environnement, énergies propres, inclusion, etc. – se retrouvent aussi bien dans les villes qu’à la campagne. L’enseignement a balayé les différences, la technologie aussi.

Tensions avec les périphéries

En revanche, les périphéries n’ont pas les moyens de leurs ambitions. Elles sont pour la transition énergétique ou une mobilité douce mais ne bénéficie pas des investissements qui le permettraient. C’est pour l’avoir sous-estimé qu’Emmanuel Macron s’est retrouvé avec une émeute citoyenne partie des campagnes.

Dans cette nouvelle tension entre agglomérations et périphéries, celles-ci gardent pourtant un atout non négligeable: le découpage électoral du territoire. Héritage de l’histoire, il confère encore, dans la plupart des pays, un pouvoir politique hors norme aux campagnes. C’est pour l’avoir ignoré qu’Hillary Clinton a perdu le pays profond et l’élection présidentielle américaine en 2016.

Si le pouvoir économique est dans les villes, le pouvoir de déstabilisation est souvent dans les périphéries. L’oublier est un risque fatal pour tout gouvernement.

Publicité