Caoutchouc

Violations des droits de l'homme: deux entreprises fribourgeoises sur la sellette

Les activités au Liberia de deux filiales du groupe Socfin sont passées au crible dans un rapport publié mercredi par l’ONG suisse Pain pour le prochain. Les enquêteurs dénoncent de nombreuses violations des droits humains

Socfinco et Sogescol, deux entreprises fribourgeoises, sont-elles coupables des violations du droit foncier, de violences et d’autres abus des droits humains au Liberia? Oui, selon Pain pour le prochain (PPP). qui a publié un rapport mercredi sur l’exploitation de leurs plantations d’hévéas dans le petit pays d’Afrique de l’Ouest. Pour sa part, Socfin, la société mère de ces deux entités et dont le siège se trouve au Luxembourg, a répondu en fin de journée qu'«un communiqué serait publié d’ici à jeudi».

PPP, l’organisation de développement des Eglises protestantes de Suisse, n’en est pas à son coup d’essai en ce qui concerne la dénonciation des multinationales. C’est elle qui avait révélé les sinistres conditions de travail dans une usine chinoise fabricant d’Apple Watch. Cette fois-ci, après avoir mené une enquête durant deux ans, avec une dizaine de missions sur place et des recherches et consultations poussées en Suisse et en Europe, elle accuse les deux entités fribourgeoises de nombreuses violations.