Le mot «exceptionnel» n’a peut-être jamais été autant utilisé qu’au cours des six derniers mois. Exceptionnelle, la pandémie de Covid-19. Exceptionnelles, les mesures de relance monétaire et budgétaire consenties par les gouvernements. Et on pourrait continuer la liste ad nauseam en référence au comportement erratique des marchés actions ou à celui non moins fluctuant du sentiment des agents économiques, par exemple.

Enfin, on ne peut pas manquer d’y ajouter un débat présidentiel aux Etats-Unis qui a allègrement franchi les frontières du ridicule au détriment de l’esprit de la démocratie et l’on comprendra l’impression générale que le monde a radicalement changé. Alors pourquoi revenir sur ces faits que nous pouvons tous observer quotidiennement?