C’est terriblement ironique. Empêché depuis 2019 par les Etats-Unis d’utiliser les services de Google pour ses téléphones, Huawei a présenté mercredi ses nouveautés en utilisant… YouTube. C’est par le service vidéo appartenant à la multinationale américaine que le groupe chinois a présenté HarmonyOS. Durant plus d’une heure et demie, Huawei a vanté les mérites d’un système d’exploitation capital pour son avenir. HarmonyOS doit lui permettre de contourner l’embargo américain et de reconquérir le monde. Mais la tâche s’annonce compliquée.

Le lancement du système HarmonyOS, qui sera disponible dans les prochaines semaines sur certains téléphones de la marque, est important à plusieurs niveaux. Au niveau concurrentiel, cette plateforme doit briser le duopole constitué d’Android, le système de Google, et d’iOS, celui d’Apple. Tous deux ne laissent que des miettes aux autres systèmes, tel KaiOS, en voie de disparition. D’autres, avant lui, se sont éteints: Windows Phone (Microsoft), Tizen (Samsung), BlackBerry ou encore Firefox OS (fondation Mozilla). HarmonyOS peut apporter de la concurrence sur le marché colossal des smartphones – il s’en est vendu 1,3 milliard en 2020, selon la société de recherche américaine Gartner.